Jardins de la baie de Singapour.

Intelligence artificielle et développement humain

L’intelligence artificielle représente un potentiel énorme pour améliorer les efforts de développement, mais nous devons veiller à ce qu’elle soit utilisée de manière éthique et équitable.  
12 juin 2018

L’intelligence artificielle (IA) peut améliorer la productivité et l’innovation dans le monde entier. Les avantages escomptés promettent d’être transformateurs, mais les répercussions négatives pourraient être amplifiées dans les pays en développement, où les moyens de subsistance de nombreuses personnes sont précaires et où les institutions sociales sont parfois fragiles.

L’IA aura une très large influence, car elle peut s’intégrer à d’autres technologies et s’appliquer à presque toutes les activités liées aux technologies de l’information et de la communication. Afin de mieux comprendre comment mettre en oeuvre l’intelligence artificielle de manière éthique et équitable dans le contexte du développement, le CRDI a publié un livre blanc intitulé Intelligence artificielle et développement humain. Il décrit les avantages et les risques potentiels de cette nouvelle technologie et présente un programme de recherche proactif pour relever les défis posés par l’intelligence artificielle qui sont particulièrement préoccupants dans les pays en développement.

 

Apprenez-en davantage sur l’IA et lisez les recommandations de recherche concrètes dans le livre blanc complet du CRDI : Intelligence artificielle et développement humain : vers un programme de recherche (PDF, 39,9 Mo).

L’IA et le potentiel de développement

Un réseau de lumières dans un garage de stationnement sombre.
MARIUS MASALAR

L’IA est un domaine de l’informatique consacrée à la création de logiciels auxquels on peut enseigner des procédures complexes. Ce qui rend l’intelligence artificielle « intelligente », c’est qu’elle peut apprendre de nouveaux comportements, améliorer ses performances à mesure qu’elle acquiert de l’expérience, prendre des décisions et faire des prédictions en fonction des données disponibles. Les algorithmes au coeur de certains systèmes d’IA sont entraînés à l’aide des grands ensembles de données désormais disponibles grâce à la révolution des « grandes bases de données ». Ce sont les capacités intelligentes des systèmes d’IA qui permettent l’automatisation de tâches qui, jusqu’à présent, nécessitaient une intervention humaine.

Il existe un énorme potentiel quant au bienfait que peut apporter l’IA au monde en développement et à sa contribution à la réalisation des objectifs de développement durable de l’ONU :

Soins de santé  

l’IA peut jouer un rôle crucial et augmenter les capacités en soins de santé en comblant les lacunes sur le plan de l’expertise humaine, en améliorant la productivité et en améliorant la surveillance des maladies.

Agriculture 

Les applications de l’IA peuvent fournir des perspectives et des solutions essentielles pour améliorer l’efficience et la qualité des activités agricoles. L’IA est déjà utilisée pour soutenir la gestion de l’eau au Moyen-Orient et la surveillance de la sécheresse en Afrique. En Ouganda, les agriculteurs ont accès à des outils téléphoniques mobiles pour l’identification et le suivi automatisés des infestations de cultures.

Développement économique

L’intelligence artificielle a le potentiel de stimuler la croissance par l’innovation, l’augmentation de la productivité et l’optimisation des processus administratifs. De jeunes entreprises dans plusieurs pays africains créent toutes sortes d’activités innovantes basées sur des systèmes d’IA. D’autres entreprises utilisent des plates-formes de téléphonie mobile à intelligence artificielle pour fournir un accès aux services financiers à des centaines de millions d’Africains qui n’ont pas ou ne peuvent pas accéder à ces services par l’intermédiaire des banques traditionnelles.

Éducation et formation

Les techniques d’IA peuvent être utilisées pour soutenir les rôles des enseignants, des tuteurs et des administrateurs en offrant des possibilités d’apprentissage personnalisé à grande échelle, comme les systèmes de tutorat intelligent en cours de développement en Inde.

Amélioration de l’efficacité et de la transparence du gouvernement 

La prestation des services et de l’information du gouvernement pourrait également être améliorée à l’aide des systèmes d’IA — idéalement pour maximiser le rendement social tout en minimisant les coûts financiers. Les systèmes d’IA peuvent fournir un accès automatisé dans plusieurs langues et dialectes, et on pourrait améliorer la prise de décision de haut niveau en automatisant des évaluations complexes qui intègrent toute une gamme de facteurs techniques, organisationnels et sociaux.

Reconnaître les risques et les défis de l'IA

Un escalier circulaire et sinueux.
SAMUEL ZELLER

Comme pour toute technologie largement diffusée — en particulier une technologie aussi puissante et potentiellement omniprésente que l’IA — les avantages s’accompagnent de risques qui doivent être gérés et atténués. De nombreux exemples ont déjà été documentés de ces risques dans des applications réelles.

Exacerber les préjugés sociétaux  

Les systèmes d’IA peuvent refléter des préjugés sociétaux et des hypothèses retenues par les concepteurs ou inhérentes aux ensembles de données sur lesquels leurs algorithmes de base sont formés. L’utilisation de systèmes inéquitables pour automatiser les processus décisionnels pourrait amplifier l’impact de ces distorsions en produisant systématiquement des résultats qui désavantagent des individus et des groupes particuliers, surtout ceux qui sont marginalisés. À titre d’exemple, on a constaté qu’un programme informatique utilisé aux États-Unis pour évaluer les risques de récidive de personnes aux prises avec le système de justice criminelle signalait presque deux fois plus souvent les prévenus noirs comme présentant un risque élevé que les prévenus blancs.

Atteinte à la vie privée 

L’utilisation d’algorithmes d’IA peut surcharger la capacité de surveillance et, par conséquent, présenter un risque d’atteinte à la vie privée. Par exemple, en intégrant un logiciel de reconnaissance faciale alimenté par l’IA, les systèmes de télévision en circuit fermé peuvent suivre les individus lorsqu’ils se déplacent en milieu urbain. Cette surveillance générale est préoccupante et pourrait être exploitée à la fois socialement et politiquement. La surveillance non contrôlée risque de porter atteinte à la vie privée, ce qui affecte d’autres droits fondamentaux tels que la liberté d’expression et d’association.

Pertes d’emplois 

Avec l’utilisation croissante de systèmes d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle dans pratiquement tous les secteurs de l’économie, l’automatisation à grande échelle ne se limitera plus au seul secteur de la fabrication et s’appliquera aux rôles fondés sur le savoir. Bon nombre de ces postes peuvent être automatisés, en partie ou entièrement, ce qui réduira le besoin de faire appel à des travailleurs humains. Les estimations de l’ampleur des pertes d’emplois dues à l’automatisation varient considérablement, mais on s’attend à ce que le rythme des changements soit rapide, ce qui laissera peu de temps aux sociétés et aux gouvernements pour s’adapter.

Fausses nouvelles et désinformation 

Dans un monde hautement connecté qui dépend des sources d’information en ligne, la désinformation est une menace réelle et croissante pour la stabilité et la démocratie. En capitalisant sur les vastes quantités de données personnelles collectées via les médias sociaux, les applications d’intelligence artificielle peuvent faciliter et automatiser de vastes campagnes de propagande et de manipulation comportementale. L’élection présidentielle américaine de 2016 est devenue un exemple notoire du rôle de la désinformation ciblée.

Comme l’illustrent les exemples ci-dessus, l’IA peut accroître les inégalités et générer des perturbations économiques, des troubles sociaux et même de l’instabilité politique dans les pays en développement. Alors que les pays et les économies les plus avancés commencent tout juste à appréhender ces risques, le monde en développement est confronté à des défis contextuels particuliers. La gouvernance et la réglementation de la technologie sont rudimentaires dans de nombreux pays du Sud. Les infrastructures de communication et de services numériques font défaut dans les zones rurales et à faible revenu, et il existe une pénurie générale de compétences pour le développement et le déploiement d’applications d’IA. De plus, l’écart de compréhension important entre les chercheurs en sciences sociales, les décideurs, les ONG et ceux qui ont des connaissances techniques en IA présente une difficulté additionnelle dans la résolution de ces défis.

Apprenez-en davantage sur l’IA et lisez les recommandations de recherche concrètes dans le livre blanc complet du CRDI : Intelligence artificielle et développement humain : vers un programme de recherche (PDF, 39,4 Mo).

 

Photo : The Roaming Platypus