Sénégal

Nous soutenons depuis longtemps la recherche au Sénégal, une des démocraties les plus stables d’Afrique de l’Ouest. En 2011, nous avons par exemple soutenu l’ouverture de l’Institut africain des sciences mathématiques à Mbour. Faisant partie d’un nouveau réseau de centres, l’Institut offre une formation poussée en sciences mathématiques aux plus brillants diplômés d’Afrique afin d’accroître les compétences scientifiques et techniques du continent.

Les activités de recherche que nous avons financées ont contribué à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de l’agriculture urbaine et de l’éducation. À titre d’exemple, un système de suivi de la pauvreté a aidé les autorités locales à faire en sorte que les programmes pour les démunis soient mieux ciblés et plus efficaces. Dans le district de Tivaouane, un nouveau programme de nutrition destiné aux enfants et aux femmes enceintes donne suite aux besoins ainsi cernés.

Agriculture urbaine

De nombreuses études menées à Dakar, la capitale du Sénégal, ont démontré le rôle essentiel de l’agriculture urbaine, ce qui est particulièrement important pour les autorités locales. Non seulement ce type d’agriculture permet aux Dakarois de se nourrir, mais elle crée également des emplois et permet à la ville de mieux gérer les déchets et les eaux usées. 

Par ailleurs, l’un des titulaires d’une subvention de recherche a formé les habitants de la ville au traitement des eaux usées par le recours à une plante aquatique. L’eau ainsi traitée peut ensuite être utilisée sans danger pour arroser les potagers. Le Programme des Nations Unies pour les établissements urbains, ONU-HABITAT, a ajouté cette innovation à sa liste de « meilleures pratiques «, et la Banque mondiale l’a intégrée à ses programmes.

Les technologies de l’information au service d’un meilleur apprentissage

Les recherches soutenues par des experts canadiens étaient axées sur un projet sur l’utilisation des technologies dans une école pilote de Dakar. Le projet a eu pour effet d’améliorer les capacités de lecture et d’écriture des élèves tout comme les rapports maîtres-élèves. L’expérience a démontré que l’utilisation des technologies de l’information dans les salles de classe favorise l’autonomie des élèves et entraîne de meilleurs résultats scolaires.

La réussite du projet a amené le ministère de l’Éducation nationale à faire de l’utilisation des technologies numériques sa principale stratégie pour améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage dans l’ensemble du pays.

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1972, le CRDI a financé 326 activités d’une valeur de 45,7 millions CAD

Hewlett Foundation/J.Torgovnik

Grâce à l’appui du CRDI :

  • la qualité de la recherche au Sénégal et les liens avec les résultats de politique sont améliorés
  • les répercussions de la migration des jeunes sur le marché du travail en milieu rural sont mieux comprises
  • des stratégies de traitement de tonnes de déchets électroniques et informatiques donnés par d’autres pays sont mises au point
  • les lois, les stratégies et les systèmes visant à protéger les femmes de la violence sont étudiés afin de déterminer pourquoi elles ne fonctionnent pas et de formuler des recommandations
  • des solutions aux inondations liées aux changements climatiques dans l’expansion urbaine hors de contrôle de Dakar sont étudiées
  • les campagnes de lutte au tabagisme au moyen des taxes plus élevées et des mesures dissuasives sont appuyées

Projets