Un meilleur vaccin contre l’infection à l’E. coli chez la volaille

06 juin 2019
Poulets
© Alf Ribeiro | Dreamstime.com

La colibacillose aviaire, une maladie de la volaille provoquée par des E. coli pathogènes, est l’une des deux principales causes de mortalité et de morbidité observées dans les fermes avicoles à l’échelle mondiale.

Au second rang des plus grands producteurs avicoles au monde, le Brésil est particulièrement touché par la bactérie E. coli. Bien que des antibiotiques soient utilisés pour prévenir et traiter l’infection bactérienne, ils ont peu d’effet sur les souches d’E. coli multirésistantes. La vaccination peut constituer une protection efficace, car elle provoque une réaction immunitaire qui permet de réduire le nombre d’infections et l’utilisation subséquente d’antibiotiques.

Améliorer le vaccin actuel

Ce projet propose une nouvelle application du vaccin actuel. Composé de substances actives d’origine biologique, le vaccin constituera une solution peu coûteuse, dont l’efficacité, la non-toxicité et la stabilité dans des conditions climatiques chaudes ont déjà été éprouvées.

Résultats escomptés

Cette étude permettra principalement de mettre au point un vaccin à base de nanoparticules, qui sera peu coûteux et plus efficace que les vaccins commerciaux actuels, et qui pourra réduire considérablement l’utilisation d’antibiotiques dans les fermes avicoles du Brésil.

Dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, les petites exploitantes agricoles sont celles qui bénéficient le plus de l’accès amélioré à des vaccins peu coûteux, car elles sont en grande partie responsables de la production avicole et, par conséquent, subissent de manière disproportionnée les effets des maladies de la volaille. 

Institutions principales

Ce projet est le fruit d’un partenariat entre Imunova Análises Biológicas Ltda au Brésil et Lesaffre International SARL et Vaxinano en France.

•  Durée : 33 mois

•  Budget : 1 696 700 CAD