Traitement des infections microbiennes en aquaculture

07 juin 2019
Poisson
© Neenawat Khenyotha | Dreamstime.com

Cuba prévoit doubler la taille de son industrie aquacole d’ici 2030, mais la densité de poissons d’élevage et le manque de vaccins de haute qualité, abordables et efficaces exposent les fermes aquacoles du pays à des éclosions de maladies dévastatrices. Les antibiotiques sont utilisés pour prévenir et traiter les maladies bactériennes, mais des souches résistantes sont apparues, rendant le traitement moins efficace dans cette source alimentaire vitale.

Objectifs de la recherche

Les peptides antimicrobiens (chaînes d’acides aminés) sont une alternative possible. Les polypeptides ont montré des propriétés antimicrobiennes chez les humains, mais leur efficacité chez les animaux aquatiques n’a pas été étudiée de près. Ce projet vise à caractériser et à sélectionner des polypeptides ayant des activités immunostimulantes et antimicrobiennes pour protéger les poissons et les crevettes contre les maladies infectieuses.

Résultats escomptés

L’information obtenue grâce aux essais et à l’optimisation du traitement antimicrobien au Canada sera communiquée aux scientifiques cubains pour être appliquée aux espèces cubaines, notamment le tilapia, le poisson-chat et la crevette. Cette recherche a le potentiel d’améliorer la santé animale et de réduire le besoin d’antimicrobiens.

Institutions principales

Ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’Université de Waterloo et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard au Canada, et Centro de Ingenieria Genetica y Biotecnologia et Universidad de La Habana (Centro de Investigaciones Marinas) au Cuba.

•  Durée : 33 mois

•  Budget : 2 151 900 CAD