Réduction de la résistance aux antimicrobiens dans l’élevage des crevettes

07 juin 2019
Une main tenant une crevette
© Chuchai Kanjanamayoon | Dreamstime.com

En Malaisie, l’aquaculture a créé plus de 1,75 million d’emplois et contribue à hauteur de 8,9 % au produit agricole intérieur brut total. La Malaisie souhaite augmenter sa production de crevettes, mais les épidémies de nécrose hépatopancréatique aiguë, causées par l’agent pathogène Vibrio parahaemolyticus, ont entraîné de lourdes pertes économiques. La vaccination est inefficace, car les crevettes n’ont pas d’immunité adaptative. Il est donc essentiel de trouver de nouvelles façons de prévenir ou de traiter les maladies infectieuses touchant les crevettes.

Désactivation du quorum

La désactivation du quorum, une technologie qui permet d’inhiber toute communication entre les microorganismes (y compris pathogènes), constitue une solution prometteuse pour remplacer les agents antimicrobiens afin de contrôler les bactéries pathogènes. Ce projet déterminera les meilleures méthodes d’application des désactivateurs de quorum pour réduire les infections à l’agent Vibrio et la résistance aux antimicrobiens.

Résultats escomptés

Le principal extrant de recherche escompté de ce projet est la mise au point d’une technologie de désactivation du quorum innovante, simple, robuste et économique adaptée à l’élevage des crevettes, y compris à une utilisation par les éleveurs ruraux. L’adoption de technologies de désactivation du quorum dans les écloseries de crevettes devrait non seulement permettre de contrôler les maladies et de réduire la prévalence de la résistance aux antimicrobiens, mais aussi d’augmenter la production de crevettes.

Principale institution

Ce projet est mené par l’Universiti Putra Malaysia.

  • Durée : 33 mois
  • Budget : 1 369 800 CAD