Promouvoir la participation des femmes dans les chaînes de valeur des vaccins pour le bétail

17 mai 2019
Des chèvres dans le village de Kunke en Tanzanie, le 17 janvier 2013
Brian Sokol

Les espèces de petits ruminants (moutons et chèvres) et la volaille fournissent des avantages clés aux femmes dans bon nombre de pays en développement, notamment des sources de revenus, une sécurité alimentaire et du prestige. De nombreuses maladies mortelles pour le bétail qui touchent ces animaux, comme la maladie de Newcastle (MN) infectant la volaille et la peste des petits ruminants (PPR), peuvent être évitées par l’utilisation de vaccins. Cependant, ces maladies sont encore associées à des taux élevés de morbidité et de mortalité en raison des connaissances limitées sur les vaccins disponibles et des contraintes logistiques et sociales, y compris les inégalités entre les sexes qui limitent l’utilisation des vaccins par les femmes.

Rôles sexospécifiques dans les chaînes de valeur des vaccins pour le bétail

Les femmes ont moins accès que les hommes aux principaux intrants des chaînes de valeur du bétail tels que les vaccins, et leur capacité à influencer la prise de décision au sein de leur ménage en ce qui concerne la vaccination et la santé animale est limitée. Les lacunes dans les connaissances sur les rôles des hommes et des femmes dans les chaînes de valeur des vaccins pour le bétail ainsi que les facteurs sociaux, économiques et institutionnels qui influencent la capacité des femmes à participer aux chaînes de valeur des vaccins pour le bétail et d’en retirer des avantages sont distinctes. Ce projet a pour but de contribuer à combler cet écart de connaissances en examinant les rôles sexospécifiques et les relations entre certaines chaînes de valeur de petits ruminants et de la volaille au Népal, au Sénégal et en Ouganda.

Une approche sexotransformatrice et intersectionnelle

Les chercheurs se pencheront sur les questions de l’intersectionnalité relativement à la participation des femmes dans la chaîne de distribution des vaccins pour le bétail et appuieront le développement des capacités en appliquant une approche sexotransformatrice et intersectionnelle. Ils élaboreront un outil de cartographie sexospécifique et intersectionnel pour la chaîne de distribution des vaccins pour les petits ruminants et la volaille et réaliseront une analyse multinationale pour évaluer les répercussions et les obstacles de l’intersectionnalité et des sexospécificités en ce qui concerne l’entrée des femmes dans la chaîne de distribution des vaccins, leur participation efficace dans la chaîne, et les avantages qu’elles en retirent.

Résultats escomptés

Ce projet vise principalement à accroître l’utilisation des vaccins pour le bétail par les femmes en améliorant la prestation des services liés aux vaccins. Le projet contribuera grandement à élargir les connaissances sur les rôles sexospécifiques et l’intersectionnalité en permettant un accès plus équitable aux ressources de la chaîne de distribution des vaccins et un contrôle plus équitable de ces ressources. Il améliorera la capacité des prestataires de services de vaccination à étendre les campagnes de vaccination en les sensibilisant davantage aux rôles distincts des hommes et des femmes dans la chaîne de distribution des vaccins.

Principale institution

Ce projet sera dirigé par l’Université de Floride, aux États-Unis.

  • Durée du projet : 36 mois
  • Budget : 1,56 million de $ CA