Positionner les think tanks pour qu’ils puissent influencer les débats politiques

09 septembre 2019
un homme portant un chapeau qui livre un discour
A. Velazquez/Oxfam Paraguay
 
L’Initiative Think tank (ITT) a été fondée sur la conviction que des organismes solides et indépendants voués à la recherche sur les politiques jouent un rôle important dans l’information et l’élaboration des politiques dans les pays en développement. Cependant, le processus d’influence sur les politiques est complexe, non linéaire et de longue durée. Il exige bien plus qu’une capacité à produire des recherches de haut calibre.

Faits sailliants

  • La réputation d’indépendance repose sur des forces organisationnelles transversales.
  • La participation des décideurs au début du cycle de recherche aide à assurer l’intégration des résultats.
  • Les think tanks peuvent jouer un rôle positif en faisant participer les citoyens aux processus politiques.

Dans les pays en développement, les think tanks fonctionnent dans des contextes variés. En effet, certains doivent composer avec des milieux où la participation civique est une tradition; dans d’autres cas, les acteurs non gouvernementaux jouent un rôle limité. Certains sont issus de mouvements sociaux, tandis que d’autres proviennent de centres de recherche universitaires, et d’autres encore ont des liens de longue date avec le gouvernement. Malgré ces différences, tous les think tanks doivent faire face aux réalités politiques dans leur contexte local et ont besoin de la capacité interne non seulement de produire des connaissances, mais aussi de composer avec des situations complexes.

Après 10 ans de soutien aux institutions de recherche sur les politiques, l’ITT a appris que, parmi les nombreux facteurs qui façonnent l’influence des think tanks, deux sont essentiels :

  • leur réputation en tant qu’organismes indépendants à fournir des recherches crédibles;
  • leur capacité à naviguer le paysage politique local et à participer aux débats politiques.

Les forces organisationnelles et l’engagement des décideurs au début du cycle de recherche peuvent aider les think tanks à améliorer ces attributs. Les institutions peuvent également jouer un rôle positif dans la promotion de l’engagement civique, ce qui peut rendre un environnement politique plus réceptif aux solutions fondées sur les données probantes. La culture et l’engagement civiques peuvent être plus difficiles à aborder, mais ils sont tout aussi convaincants.

L’indépendance repose sur des forces organisationnelles

L’indépendance est étroitement liée à la viabilité financière, qui repose à son tour sur un certain nombre de forces organisationnelles. L’évaluation externe finale de l’ITT a souligné que le financement de base a aidé à positionner les bénéficiaires de subventions pour qu’ils puissent influencer les débats politiques en augmentant leur indépendance et leur crédibilité, la réputation de leur personnel et leurs compétences en communication. Maintenir cette indépendance sur le long terme requiert une diversification de leurs sources de revenus et un renforcement de leurs capacités internes, notamment en ce qui concerne leur leadership et leur gouvernance, leurs ressources humaines, leurs capacités de communication et de réseautage et leur planification stratégique.

L’initiative prospective agricole et rurale (IPAR) du Sénégal illustre le chemin parcouru par certains partenaires moins établis de l’ITT sur la voie de l’influence. L’IPAR-Sénégal venait de s’enregistrer lorsqu’elle s’est associée pour la première fois à l’ITT. Aujourd’hui, elle est considérée comme un organisme de recherche sur les politiques de premier plan en Afrique de l’Ouest, largement sollicitée par d’autres bailleurs de fonds et parties prenantes pour ses perspectives sur les questions foncières, agricoles et de développement rural. Elle travaille également en étroite collaboration avec le gouvernement du Sénégal pour suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable. Le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan a invité les producteurs et d’autres parties prenantes clés à un dialogue visant à renforcer le régime de subventions agricoles du Sénégal, en s’appuyant sur les recherches de l’IPAR-Sénégal.

Pour réduire le risque institutionnel, l’IPAR-Sénégal a utilisé les ressources de l’ITT pour formuler un plan stratégique, une stratégie de communication et une stratégie de mobilisation de ressources. Sa viabilité financière repose sur une combinaison de contributions des membres, de financement de base et de projets et, plus récemment, de collaboration avec le secteur privé. Des questions clés, telles que les locaux à usage de bureaux, le recrutement du personnel et les procédures administratives, ont également été abordées. Un suivi continu a confirmé les progrès de rendement de l’IPAR-Sénégal. En effet, il s’agit désormais d’un organisme solide et indépendant dont seulement 12 % du financement provient de l’ITT, contre 70 % auparavant.

Engager les décideurs politiques dès le début du cycle de recherche

deux chefs de politiques
Africa Evidence 2018

La capacité des think tanks d’influencer les politiques est fortement façonnée par des facteurs externes, en particulier l’évolution des ouvertures et des barrières dans le contexte politique. Leur agilité à réagir à ces changements repose en partie sur leur capacité à dialoguer avec les parties prenantes, afin d’être à l’écoute des réalités locales. Il est tout aussi important de choisir les bons points d’entrée pour l’interaction avec la sphère des politiques.

L’année 2016 a marqué l’adoption d’une politique nationale sur les engrais en Ouganda, couronnant des années de recherche et de collaboration par le Economic Policy Research Centre (EPRC), dont l’étude fondatrice a mis en évidence la baisse de fertilité des sols ougandais et la nécessité d’une politique nationale pour améliorer les rendements agricoles. Avec le soutien de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, l’EPRC a soutenu le ministère de l’Agriculture, de l’Industrie animale et de la Pêche (MAAIF) dans un processus quinquennal d’élaboration et de recherche d’adhésion à un nouveau cadre politique pour guider la fabrication, la distribution, la vente et l’utilisation des engrais. Ce travail a nécessité plusieurs séries de consultations pour s’assurer que les groupes d’agriculteurs et de l’industrie, ainsi que d’autres parties prenantes clés, participent à l’élaboration des politiques. Le partenariat de l’EPRC avec le MAAIF a également joué un rôle déterminant dans la réalisation d’une évaluation des répercussions réglementaires de la politique et dans l’élaboration de la Stratégie nationale sur les engrais et du Plan d’investissement qui guide sa mise en oeuvre.

Impliquer les citoyens dans les processus politiques

De solides think tanks ne suffisent pas à eux seuls à créer une culture d’élaboration des politiques fondée sur des données probantes. En effet, les citoyens doivent être en mesure d’exiger des comptes et de participer à la prise de décisions. Avec l’appui de l’ITT, plusieurs think tanks ont fait participer des représentants communautaires, des médias et des défenseurs de groupes marginalisés directement dans les processus de recherche depuis la proposition jusqu’à l’achèvement de projet. Cette participation renforce la conception de la recherche tout en aidant les collectivités à comprendre la valeur des données probantes – et leur propre participation au processus d’élaboration des politiques.

Au Nigéria, le Centre for Population and Environmental Development (CPED) a galvanisé la participation des citoyens à la construction d’une paix durable dans la région riche en pétrole du delta du Niger. Avec l’appui du CRDI, le CPED a contribué à l’élaboration d’un processus qui permettrait aux collectivités touchées par la violence de se faire entendre en modifiant le programme d’amnistie 2009 du gouvernement, qui a largement profité aux anciens militants. Dirigés par des comités de mise en oeuvre multipartites établis dans cinq administrations locales, les représentants communautaires ont reçu une formation sur les méthodes de collecte de données. Au moyen de sondages, d’entrevues et de groupes de discussion, ils ont recueilli les points de vue des femmes, des jeunes, des aînés, des anciens militants et des autres personnes touchées. Grâce à des séries successives de consultations, un nouveau programme complet d’amnistie est en train de voir le jour. En plus d’obtenir des demandes clés, comme des investissements dans l’infrastructure et la protection sociale au profit de la population en général, les groupes de citoyens demandent maintenant activement des comptes à leurs représentants élus.

En Amérique latine, certains think tanks ont mis à profit les périodes électorales pour faire participer les citoyens aux questions de politique publique. À la veille de l’élection présidentielle équatorienne de 2017, le Grupo Faro a dirigé « Ecuador Decide », une initiative non partisane visant à encourager la participation démocratique. Les Équatoriens en âge de voter ont été invités sur Facebook à accéder au site Web Ecuador Decide et à en apprendre davantage sur les huit candidats à la présidence. Les électeurs disposant d’un accès limité à Internet ont pu participer grâce à des partenariats avec des stations de radio locales.

Mise en pratique des leçons apprises

trois fermiers qui cultivent
Dominic Chavez/World Bank

Notre expérience nous indique que la concrétisation d’une influence politique nécessite une stratégie globale de l’organisation. La réputation d’indépendance que les think tanks associent fortement à leur capacité d’influence exige des forces transversales : un leadership et une planification stratégique efficaces, des stratégies de viabilité financière, des chercheurs et des administrateurs de haut calibre et des compétences en communication et en réseautage.

Les bailleurs de fonds peuvent aider à positionner les think tanks pour qu’ils puissent exercer une influence grâce à des modalités de financement souples qui permettent un renforcement organisationnel, tout en consolidant leur indépendance.

Les think tanks et leurs bailleurs de fonds doivent accorder plus d’attention au contexte plus large de l’élaboration de politiques, en vue de créer un environnement sain pour le débat civique et l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes. En faisant participer directement les parties prenantes au processus de recherche, la recherche action peut améliorer la participation des citoyens tout en réduisant l’écart entre les chercheurs et les décideurs.

Cet article a été adapté d’une synthèse qui fait partie de la série de sept documents  diffusant dix années d’apprentissage de l’ITT.  Consultez le document original « Positionner les think tanks pour qu’ils puissent influencer les débats politiques », pour en savoir plus long sur l’approche et les succès de l’ITT pour aider les think tanks à mieux influencer les débats politiques.