Passage à grande échelle de la transformation à petite échelle : Aliments complémentaires pour les enfants du Vietnam

09 janvier 2019
Nguyen Thi Kieu récolte des légumes frais dans son potager avec l’aide de son garçon.
CRDI / BARTAY

Malgré la croissance socio-économique et les améliorations en santé remarquables au cours des deux dernières décennies, le Vietnam est toujours aux prises avec l’insécurité alimentaire et la malnutrition chronique chez les femmes et les enfants. Les petits exploitants agricoles et les minorités ethniques dans les régions rurales sont particulièrement touchés : 46 % des enfants locaux de moins de deux ans sont anémiques et 18 % présentent un retard de croissance, ce qui cause des lacunes d’apprentissage et de mémoire irréversibles, et une diminution du QI.

Lutter contre la malnutrition chez les enfants est désormais une priorité pour les gouvernements provinciaux et le gouvernement national, et deux modèles ont présenté des signes prometteurs. Un modèle a élaboré et produit des aliments complémentaires enrichis prêt-à-l’emploi pour les enfants au moyen d’installations de traitement des aliments à petite échelle. L’autre modèle a eu recours à un modèle de franchisage social pour élaborer le programme de conseil en santé « Little SUN » aux fins de pratiques alimentaires des nourrissons et des jeunes enfants. Toutefois, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour amplifier l’échelle de ces deux modèles éprouvés et pour les rendre durables, y compris surmonter les barrières auxquelles les agricultrices font face pour entrer en contact avec des acheteurs de produits, et répondre au manque de capacité de traitement local des aliments et de systèmes de distribution locale de produits alimentaires enrichis complémentaires.

Demeurer au niveau local  

Cultiver, traiter et distribuer localement. Cette approche à trois volets permet de diminuer l’insécurité alimentaire et la malnutrition chronique des femmes et des enfants dans trois provinces de la région éloignée et montagneuse du nord du Vietnam (Lao Cai, Lai Chau, et Ha Giang). Le projet a établi et reproduit à plus grande échelle une chaîne de valeur durable des aliments enrichis au moyen de cultures locales, d’installations de fabrication locales, et de canaux de distribution locale. Ce modèle axé sur le marché réduit la dépendance aux aliments enrichis importés, créant une source de revenus plus élevée et plus stable pour les petites exploitantes agricoles et offrant une sécurité alimentaire durable pour 20 000 femmes vivant dans les régions rurales du Vietnam.

Selon le modèle, les agriculteurs vendent leurs produits à une usine de transformation des aliments à petite échelle, laquelle transforme, enrichit et distribue les aliments dans des centres « Little SUN », des commerces de proximité familiaux locaux et des écoles maternelles. Les familles rurales apprennent la valeur qu’ont les aliments fortifiés pour les jeunes enfants, notamment ceux de moins de cinq ans, dans les centres de conseils nutritionnels « Little SUN ». Les séances de conseils sur la nutrition familiale ont bénéficié à 14 438 enfants de moins de deux ans, et les familles participantes ont déclaré être moins préoccupées par la nourriture.

Su Thi Lieu et Lieng Thi Dung (de gauche à droite) cultivent les légumes qui poussent à la ferme.
CRDI / BARTAY

Aliments enrichis

En outre, le National Institute of Nutrition (NIN) du Vietnam et sa filiale, NINFOOD, ont élaboré un porridge instantané enrichi de fer et de zinc dans le cadre d’une gamme de produits alimentaires complémentaires enrichis nommés ECOSUN. Une installation de traitement des aliments à petite échelle a été établie en vertu d’une entente de partage des coûts entre NINFOOD et une entrepreneure locale qui se nomme Thuy Dung. Le modèle de franchisage, lequel permet aux petites exploitations agricoles d’obtenir un revenu stable, comprend les droits de fabrication du produit, le transfert de la technologie, la formation sur la sécurité alimentaire, le soutien administratif, ainsi qu’un engagement à acheter des produits en provenance des 17 petites exploitations agricoles familiales du collectif Song Kim (champignons, carottes, courges et feuilles douces). L’installation de traitement des aliments a la capacité de produire chaque année 100 tonnes de porridge de riz instantané enrichi et deux millions de sachets de poudre végétale. L’installation de traitement alimentaire à petite échelle de Lao Cai a une production suffisante pour approvisionner les marchés dans trois provinces, y compris 21 écoles maternelles de Lao Cai. En outre, NINFOOD a pu concevoir et construire de l’équipement adapté à l’enrichissement sécuritaire de produits alimentaires complémentaires à l’intention des enfants.

Le porridge a été offert lors des repas du milieu de la matinée à 2 550 enfants de 21 écoles maternelles de Lao Cai. Les résultats préliminaires du projet démontrent que les taux d’anémie parmi une cohorte d’enfants avaient décliné d’environ 45 %, quoique de plus amples analyses sont nécessaires pour confirmer les résultats. Le nombre d’enfants présentant une insuffisance pondérale a diminué et on a observé une augmentation de 10 % de la consommation d’aliments complémentaires riches en fer.

La capacité des groupes du Vietnam, comme NIN, l’Union des femmes vietnamiennes, les universités, les exploitants agricoles et les organisations de femmes, a été renforcée sur le plan technique des programmes de sécurité alimentaire afin de sécuriser la durabilité des modèles de projets et les résultats. Les agricultrices qui ont pris part aux coopératives dans trois provinces ont reçu des renseignements et des sachets de semences pour approvisionner les cultures produites localement à titre de matière première pour la production d’aliments complémentaires. Environ 20 000 femmes en milieu rural dans les neuf emplacements de projets ont été touchées par des séances de conseils sur la nutrition individuelle et familiale, des ateliers de formation pour les agricultrices, des événements de marketing, et elles utilisent les aliments complémentaires enrichis ECOSUN pour nourrir leurs enfants.

Croissance des réseaux

NINFOOD et l’entreprise de Thuy Dung planifient établir et croître leurs réseaux au cours des années à venir, y compris augmenter la présence des centres « Little SUN » dans les provinces de Hai Phong, Hoa Bonh, et Thanh Hoa, de même que dans les hôpitaux, les écoles maternelles, les organisations internationales de la santé, et les marchés urbains. Les partenaires du Vietnam planifient aussi ajouter plus d’installations de traitement des aliments à petite échelle dans d’autres provinces.

Une mission conjointe du NIN, de la Banque mondiale et de partenaires du développement est en cours pour examiner les modèles d’intervention en vue de les amplifier à l’échelle nationale. ECOSUN est l’un des modèles pris en considération. Sur le plan des politiques, les leçons tirées de ce projet éclaireront l’élaboration et la mise en oeuvre de politiques nationales de sécurité alimentaire, telles que la stratégie nationale de nutrition du Vietnam, la politique nutritionnelle à l’intention des enfants provenant de minorités ethniques, et la directive du premier ministre, laquelle vise à améliorer l’alimentation. On s’attend à ce que le NIN utilise les constations du projet pour orienter les pratiques exemplaires en vue du programme Faim Zéro du Vietnam. Les équipes du projet sont en quête de financement de diverses sources pour continuer à accroître l’efficacité du projet qui vise à réduire la malnutrition infantile au Vietnam.

Le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale est financé conjointement par Affaires mondiales Canada et le Centre de recherches pour le développement international.

Détails au sujet du projet et de ses résultats.