Le potentiel des probiotiques pour l’industrie porcine

06 juin 2019
Couchons
© Weerawad Ruangjaroon / Dreamstime.com

Le rotavirus porcin est un important pathogène entérique (intestinal) qui entraîne des pertes économiques considérables pour les agriculteurs. Il a causé des éclosions de gastro-entérite virale chez les porcelets en sevrage et des maladies diarrhéiques chez les porcelets non sevrés. Les infections virales entériques augmentent également le risque d’infections bactériennes secondaires.

Des antibiotiques sont couramment prescrits pour traiter la gastro-entérite virale ou bactérienne, mais leur utilisation inadéquate favorise la résistance aux antibiotiques. Maîtriser les pathogènes viraux entériques du bétail est essentiel en matière de santé et de production des porcs, mais de mauvaises pratiques en matière de biosécurité dans de nombreux pays en développement et le manque de vaccins et d’antiviraux efficaces constituent des défis majeurs dans la lutte contre les rotavirus.

Utilisation novatrice des probiotiques

Les probiotiques améliorent la santé du bétail et l’efficience alimentaire, mais leurs effets antiviraux sont peu concluants, incohérents ou incomplets. La recherche vise à comprendre si certains mécanismes sous-estimés des probiotiques peuvent offrir des substituts alimentaires aux antibiotiques afin de lutter contre les virus entériques et les infections bactériennes secondaires associées.

Résultats escomptés

L’objectif est de concevoir une intervention probiotique mieux ciblée afin de réduire la diarrhée porcine infectieuse. La prise efficace de ces probiotiques peut potentiellement réduire l’utilisation des antibiotiques et améliorer la durabilité de l’industrie porcine dans les pays en développement.

Principales institutions

Ce projet est une collaboration entre l’Université de l’État de l’Ohio aux États-Unis et l’Université de Nairobi au Kenya.

•  Durée : 33 mois

•  Budget : 1 501 400 $ CAD