Aller au contenu principal

La santé maternelle et infantile passe au numérique

13 mai 2021

Au cours des deux dernières décennies, l'Afrique a connu un incroyable essor de l'utilisation des téléphones mobiles et d'autres technologies numériques. De nombreux pays ont saisi les occasions offertes par ces technologies pour s'attaquer aux obstacles que la topographie et le manque de ressources posent à l'accès aux services, ainsi qu'à leur prestation, à un coût relativement faible.

Les soins de santé sont l'un de ces services. En mars 2020, au moins 42 des 54 pays d'Afrique disposaient de politiques nationales en matière de santé en ligne. La santé mobile fait partie intégrante de la cybersanté.

Les National Institutes of Health (États-Unis) définissent la santé mobile comme étant « l'utilisation d'appareils mobiles et sans fil (téléphones cellulaires, tablettes, etc.) pour améliorer les résultats en matière de santé, les services de soins de santé et la recherche dans ce domaine ». Des projets de recherche soutenus par l'initiative Innovation pour la santé des mères et des enfants d'Afrique (ISMEA) montrent que la santé mobile peut aider à atteindre ces objectifs. Ils y sont parvenus grâce à des solutions relativement simples, allant du rappel de rendez-vous par SMS à des interventions plus complexes telles que l'utilisation d'outils de gestion de cas et d'aiguillage, et de systèmes de saisie et de gestion des données, ainsi que par la formation, le suivi et le soutien du personnel.

Réduire les obstacles aux soins

De nombreux établissements de soins de santé primaires en Afrique subsaharienne sont sous-financés et mal équipés, et manquent de personnel. Cela rend difficile la prestation de soins vitaux essentiels. En outre, des soins insatisfaisants et de mauvaise qualité dissuadent les femmes d'utiliser les services disponibles, tels que les visites prénatales ou l'accouchement dans un établissement de santé. Des projets de recherche de l'ISMEA montrent que les technologies mobiles ont le potentiel de résoudre ce double problème d'offre et de demande.

En Tanzanie, par exemple, une équipe de recherche a testé et mis en œuvre l'utilisation de téléphones mobiles pour enregistrer les grossesses et les naissances, conseiller les femmes enceintes sur les signes de danger, et surveiller les stocks de médicaments, les fournitures et les flux de travail. Cette innovation faisait partie d'un ensemble d'interventions visant à améliorer la manière dont les travailleurs en santé communautaire (TSC) évaluent et traitent les femmes et les nourrissons, et à étendre les soins de santé aux zones rurales. S'appuyant sur les connaissances acquises dans le cadre de la recherche, l'équipe a travaillé de concert avec une société de téléphonie mobile pour concevoir un logiciel permettant de mesurer la qualité des soins maternels et néonatals. Plus précisément, cet outil servait à surveiller les pénuries de médicaments et de matériel dans les établissements de santé, afin d'informer la direction des fournitures nécessaires à la prestation de services de santé maternelle et infantile. Cet outil sera maintenant intégré à l'actuel système d'information en gestion de santé de la Tanzanie.

Toujours en Tanzanie, une équipe de recherche a testé l'utilisation de téléphones mobiles pour sensibiliser les fournisseurs de soins à la prééclampsie et à l'éclampsie – qui constituent la deuxième cause de mortalité maternelle dans le pays – et améliorer leur prise en charge de ces pathologies. Le projet a apporté une formation et des compétences pratiques aux TSC pour les aider à repérer les femmes à risque. Munis de téléphones intelligents et d'un accès à une application adaptée, les TSC transmettaient automatiquement les résultats des tests en temps réel à un site central de suivi de la santé des femmes. À leur tour, ils étaient invités à assurer le suivi des femmes enceintes nécessitant des soins et à les orienter vers un établissement de niveau supérieur. Des fonctionnaires du gouvernement tanzanien évaluent actuellement le potentiel de cette solution de santé mobile pour la gestion en temps réel des soins prénatals.

 Renforcer les compétences des professionnels de la santé

Les projets précités comportent une forte composante de formation pour améliorer la prestation des soins de santé. D'autres projets, qui se concentrent sur un enseignement plus formel, ont montré que les stratégies d'apprentissage en ligne pouvaient renforcer les compétences des prestataires de soins dans les zones rurales éloignées.

Par exemple, une combinaison de formations en personne et de plateformes mobiles a permis de former les prestataires de soins maternels primaires à l'établissement de diagnostics et aux soins pour les adolescentes enceintes et les nouvelles mères souffrant de dépression au Nigeria, une affection qui entraîne des conséquences de longue durée pour la mère et l'enfant. La formation a été dispensée dans le cadre de séances en personne, et les téléphones portables ont été utilisés pour le suivi des patientes afin d'encourager celles-ci à suivre le traitement, ainsi que pour leur rappeler les devoirs à faire dans le cadre de la formation et les rendez-vous avec les prestataires de soins. Ces mesures ont permis d'améliorer la détection de la dépression, qui est passée d'un niveau d'environ 2 % avant la formation à 40 % après celle-ci. Presque toutes les adolescentes ont estimé que l'assistance téléphonique était l'aspect le plus apprécié de l'intervention.

En Tanzanie, le manque de personnel pour dispenser des soins obstétriques et néonatals dans les établissements de santé constitue un obstacle majeur à la réduction des décès de mères, de nouveau-nés et d'enfants. Pour relever ce défi, un projet de l'initiative ISMEA a contribué à améliorer le programme national destiné aux médecins cliniciens associés en matière de soins obstétriques et néonatals d'urgence complets.

Pour renforcer les connaissances et les compétences des 42 stagiaires du programme, le projet a également conçu et élaboré six modules d'apprentissage en ligne sur les principales causes de maladie et de décès post-partum, en vue de leur intégration au programme de formation professionnelle de trois mois destiné à ces stagiaires. À la lumière de l'efficacité des modules dans l'amélioration des compétences, le gouvernement a décidé d'établir une plateforme nationale d'apprentissage en ligne.

Alimenter les politiques et la recherche

La saisie et l'utilisation de données en temps réel à l'aide d'outils numériques s'avèrent précieuses pour les prestataires de soins de santé, les décideurs à l'échelle du système de santé et les planificateurs de la santé, ce qui permet une analyse plus approfondie de la santé maternelle et infantile.

En Éthiopie, par exemple, une équipe de recherche de l'initiative ISMEA a formé des médecins et des administrateurs d'hôpitaux à l'utilisation de téléphones mobiles et de tablettes pour enregistrer les causes des décès maternels, néonatals et infantiles – des renseignements qui font cruellement défaut. Ce projet a permis à l'Éthiopie d'obtenir ses premières données représentatives sur les causes des décès maternels et néonatals, ce qui aidera à cerner les lacunes en matière de services de santé maternelle et infantile. Pour compléter cette collecte de données, l'équipe de recherche a mis au point une plateforme électronique simple et innovante pour saisir les renseignements sur les causes de décès dans les établissements de santé, ainsi que les récits de décès recueillis lors d'entretiens avec les membres du ménage de la personne décédée (autopsies verbales).

Les projets de l'initiative ISMEA ont également permis de tirer des enseignements utiles pour contribuer à affiner les innovations et à améliorer les recherches futures.

Au Nigeria, par exemple, les visiteurs à domicile qui sensibilisent les communautés aux causes et aux conséquences d'un faible espacement des naissances ont utilisé des téléphones Android dotés de la fonction GPS pour montrer des docudrames vidéo aux femmes enceintes et à leurs conjoints. Ils ont également utilisé les mêmes téléphones pour collecter des données auprès des ménages et les envoyer à un serveur central, ce qui a permis de suivre à distance et de contrôler la qualité des visites. Dans la première phase des visites à domicile, l'équipe de recherche ISMEA a détecté environ 16 % d'enregistrements invalides dans l'ensemble de données. L'assurance qualité a été renforcée lorsque l'équipe de recherche a programmé la technologie des téléphones mobiles pour bloquer la soumission d'enregistrements invalides, garantissant ainsi que 100 % des enregistrements étaient valides.

La santé mobile est un outil puissant

Ces projets, et d'autres projets de l'initiative ISMEA, ont démontré comment la santé mobile peut compléter et améliorer les services de santé. En Tanzanie, par exemple, l'utilisation d'applications de santé mobile pour informer les femmes et les adolescentes sur les options en matière de planification familiale a permis à un nombre de femmes plus de six fois supérieur au chiffre prévu au début du projet d'avoir recours à l'une ou l'autre de ces méthodes.

Les innovations en matière de santé mobile qui ont été mises au point par les équipes de recherche de l'initiative ISMEA ont également trouvé des applications dans l'observance des traitements, dans la collecte de données et dans la gestion de l'approvisionnement en fournitures essentielles, telles que les contraceptifs. Les systèmes de santé ont bénéficié d'un personnel mieux formé. Nombre de ces innovations sont reproduites par les autorités sanitaires et ont conduit à des changements de systèmes, comme la création d'un bureau de la santé mentale au Nigeria et d'une plateforme d'apprentissage en ligne en Tanzanie.

Il est certain que des défis subsistent, et que la technologie ne peut pas résoudre tous les problèmes au sein d'un système de santé. Mais la santé mobile peut faire partie d'une solution évolutive.

L’initiative Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique cherche à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants en renforçant les systèmes de santé, avec comme point d’insertion les soins de santé primaires. Il est financé par Affaires mondiales Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le CRDI

Pour de plus amples renseignements
Apprenez-en plus sur l'initiative Innovation pour la santé des mères et des enfants d'Afrique.
Regardez la série de vidéos héritage d'ISMEA
Lisez la Synthèse des impacts de l'ISMEA

 

Faits saillants

  • Des recherches financées par l'initiative ISMEA montrent que la technologie mobile peut changer la façon dont les soins de santé maternelle et infantile sont dispensés dans les régions éloignées.
  • Les prestataires de soins, les établissements de santé et le système de santé, ainsi que les communautés qu'ils desservent, en tirent également des avantages.