Guérison et résilience en situation de conflit et de déplacement

10 mai 2018
 Une famille nombreuse marchant dans un camp de réfugiés.
William Proby

Le soutien fourni par le CRDI à l’IMS de l’Université américaine de Beyrouth (UAB) vise à former des chefs de file à l’échelle locale et à trouver des solutions aux défis comme la médecine en situation de conflit, la santé des réfugiés et le fardeau croissant de la nutrition et des maladies liées à l’obésité.

Les défis liés à la santé au Moyen-Orient et en Afrique du Nord exigent une intervention vigoureuse reposant sur le leadership et les innovations à l’échelle régionale et locale. L’IMS nouvellement créé en juillet 2017, à l’UAB, se penche déjà sur la nécessité d’investir dans les activités de recherche, de mise en oeuvre de programmes et de renforcement des capacités.

Ancrés dans le contexte local, les trois programmes initiaux de l’IMS innovent sur le plan des enjeux d’importance cruciale au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi que dans d’autres régions – principalement sur le plan des urgences humanitaires ou des contextes fragiles, où la capacité des gouvernements à répondre aux besoins de base de la population est limitée.

Trois programmes novateurs

Le Programme de médecine en situation de conflit élabore des approches exhaustives visant à traiter les blessures de guerre chez les civils et à améliorer le rétablissement et la réadaptation. Tenant compte du fait que les cicatrices de guerre dépassent l’aspect physique, le programme fait appel à l’épidémiologie, l’histoire, la microbiologie, la médecine et l’anthropologie pour accroître la compréhension et mesurer les conséquences psychologiques et sociales des blessures.

En plus des travaux de recherche, de l’établissement de lignes directrices et de l’orientation des politiques en matière de médecine en situation de conflit, le programme forme les étudiants et les professionnels de la santé qui traitent un nombre élevé de blessures de guerre et de maladies liées à la guerre. Reconstructing the war injured patient, ouvrage écrit par le Dr Ghassan Abu-Sitta, directeur du programme, qui sensibilise les lecteurs aux enjeux liés à la prise en charge des victimes, qui souffrent à la fois des blessures de guerre et des conditions pénalisantes découlant de l’écroulement de l’infrastructure, y compris les systèmes de santé.

Le Programme de santé des réfugiés examine les répercussions des crises prolongées sur la santé et le bien-être des populations déplacées et des collectivités qui les accueillent, dans les pays en développement. Un exposé de politique sur la prestation informelle de soins de santé parmi les réfugiés syriens (PDF en anglais, 216 Ko) illustre l’élan pratique et la forte pertinence stratégique des travaux réalisés dans le cadre du programme. Coécrit par le Dr Fouad M. Fouad, directeur du programme, l’exposé décrit les réalités complexes des professionnels de la santé réfugiés syriens pratiquant sans permis, au Liban, pour fournir des soins aux autres réfugiés syriens. Quoiqu’ils allègent la pression sur les services publics libanais, ils sont victimes de discrimination et ils vivent avec la peur d’être démasqués.

Les recommandations des auteurs comprennent un système de permis restreint permettant aux médecins syriens de traiter leurs compatriotes et des mesures de soutien à l’éducation ainsi que des initiatives de formation pour éviter que l’effectif syrien du secteur de la santé, qui se trouve actuellement principalement à l’extérieur de la Syrie, perde une génération de praticiens chevronnés.

Le Programme de nutrition et maladies liées à l’obésité vise à fournir des interventions en matière de nutrition adaptées à la culture ciblant l’obésité et les maladies connexes. Ces maladies sont particulièrement pertinentes dans la région qui est touchée par l’une des hausses les plus marquées à l’échelle mondiale sur le plan des maladies non transmissibles. Des augmentations sans précédent des cas de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’hypertension et de cancer entrainent un accroissement des décès prématurés et de l’invalidité.

Nouvelle plaque tournante de connaissances et de perfectionnement professionnel

Les solutions rationnelles et novatrices reposent sur des leaders solides à l’échelle régionale. Tenant compte de ce besoin, l’IMS compte un organisme qui se consacre au renforcement des capacités des chercheurs et des praticiens, par l’intermédiaire de son École de l’IMS. Créée en novembre 2017, l’école transmet des connaissances actuelles en matière de santé mondiale, pertinentes à l’échelle régionale, dans le but d’améliorer les pratiques du secteur de la santé dans des situations fragiles et humanitaires.

Jusqu’à présent, l’école de l’IMS a appuyé 675 étudiants, dont 75 % sont des femmes. Elle utilise des méthodes et des plateformes d’apprentissage intelligentes. Par exemple, l’école a récemment lancé la série de webinaires Santé et conflits mondiaux et envisage de lancer la plateforme Global Health Learning and Development comptant des cours en ligne, des webinaires, des diplômes et d’innombrables cours en ligne ouverts, d’ici novembre 2018.

Le CRDI est fier d’appuyer le leadership régional et international de l’UAB en matière d’enjeux relatifs à la santé mondiale. Le soutien fourni à l’ISM est un exemple de l’engagement croissant du CRDI en ce qui concerne l’approfondissement des connaissances liées à la situation des réfugiés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La subvention à l’IMS repose sur les travaux de recherche antérieurs et en cours et les réseaux de recherche appuyés par le CRDI, à l’échelle des facultés de l’UAM. Par exemple, l’IMS est un partenaire de la faculté des sciences de la santé de Lancet-AUB Commission on Syria: Health in Conflict.

Apprenez-en plus sur notre soutien à l’Institut mondial de la santé.

Écouter une entrevue avec le Dr Abu-Sitta au sujet de l’écologie de la guerre.