Farm Shop : Augmenter l’accès aux intrants agricoles au Kenya

22 janvier 2019
Peter Muturi dans sa franchise Naaro Farm Shop.
CRDI / BARTAY

Les petits exploitants agricoles jouent un rôle pivot dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, dont le Kenya, où 80 % des exploitations sont dirigées par des femmes. Cependant, en raison des réseaux de vente au détail fragmentés, informels et peu fiables, les agriculteurs ont difficilement accès aux intrants agricoles de qualité et aux conseils judicieux dont ils ont besoin. En parallèle, les fournisseurs agricoles ont peur de perdre de l’argent s’ils créent des magasins de village desservant des agriculteurs à faible revenu.

Il était nécessaire de moderniser le réseau de distribution agricole pour le transformer en une chaîne d’approvisionnement autosuffisante offrant aux agriculteurs ruraux un accès abordable et fiable à des produits, de la formation, des services ouverts aux femmes et des fournisseurs de services de confiance. Le modèle devait réunir trois éléments clés de la réussite des petits exploitants : produits, information et financement.

William Muchai, employé Farm Shop qui a été formé aux services cliniques, traite les chèvres d’un client avec un produit en poudre contre les tiques et les infestations.
CRDI / BARTAY

En utilisant cette formule, Farm Shop, modèle de franchise social reproductible, fournit aux petits exploitants ruraux un accès local à des intrants de qualité et abordables (p. ex., semences, engrais, aliments pour animaux, médicaments), des services (p. ex., analyse des sols, soins animaliers), des possibilités de formation et des conseils fiables qui améliorent les moyens de subsistance, la productivité et la sécurité alimentaire. Les magasins Farm Shop jouent également le rôle de centre névralgique du village pour les cliniques pour agriculteurs, de lieux de démonstration et de promotion des produits, et sont une source d’emploi, en particulier pour les femmes et les jeunes.

Établir une chaîne d’approvisionnement moderne et rentable

Une nouvelle génération d’entrepreneurs, notamment de femmes et de jeunes, adopte le modèle d’entreprise Farm Shop, novateur et testé sur le terrain, qui fait habituellement grimper les recettes de la vente au détail d’au moins 500 % les six premiers mois – les plus performants enregistrant une hausse des profits de plus de 2000 %. « Farm Shop est à l’origine de l’ensemble des profits supplémentaires que je réalise actuellement », déclare Paul Mbugua, intervenant Farm Shop et agriculteur dans le comté de Kiambu. « J’achète toutes les semences chez Farm Shop, ainsi que les pesticides et les autres intrants nécessaires... J’ai gagné 22 000 KES (275 CAD) grâce à la vente des légumes et du fumier du bétail. Cela m’a permis d’envoyer mes deux fils à l’école sans aucun problème. »

Farm Shop s’approvisionne directement auprès des grands fournisseurs agricoles afin de donner accès aux agriculteurs aux produits les plus qualitatifs et novateurs. Près de 35 000 petits exploitants agricoles, dont 54 % de femmes, ont été servis par Farm Shop, grâce à son réseau de 75 franchises. Les magasins ont offert un accès local unique à plus de 850 produits abordables et de grande qualité proposés par 30 fournisseurs différents. Farm Shop a également mis au point des systèmes et processus améliorés pour la gestion de l’inventaire, la gestion financière, le contrôle de la qualité, la mesure du rendement et la gestion de l’approvisionnement.

Les franchisés et leurs employés de magasin ont obtenu un accès à la technologie (p. ex., des tablettes et une application interactive en ligne) afin de fonctionner plus efficacement tout en servant mieux leurs clients. En outre, les propriétaires des magasins et le personnel ont été formés au service à la clientèle, à la gestion d’un magasin, à la comptabilité et à la gestion financière. Un réseau de centres de démonstration à l’échelle des villages a également formé 26 578 clients (52 % de femmes), qui ont acquis des connaissances sur divers aspects de l’agronomie et de l’élevage.

Élargissement des possibilités économiques offertes aux femmes

Farm Shop a élaboré une politique en matière de ressources humaines et d’emploi qui interdit la discrimination fondée sur le sexe ou tout autre type de discrimination. Les agricultrices ont également été une préoccupation de premier plan lors de la conception du modèle d’entreprise de Farm Shop. Les besoins des femmes en termes de possibilités d’emploi, de produits, d’emplacement des magasins, de calendrier des séances de formation et d’accès au crédit ont fait l’objet d’une attention particulière.

Elizabeth Waithira, petite exploitante, vend sa production au marché de Kandara.
CRDI / BARTAY

La moitié des franchisés (51 %) et des employés de magasin (54 %) sont des femmes, tandis que les jeunes représentent 52 % des franchisés et 100 % des employés de magasin. « J’ai un baccalauréat en santé animale et c’était l’emploi idéal pour moi. À l’heure actuelle, les jeunes ont des difficultés à trouver un emploi correspondant à leurs diplômes, mais j’ai eu de la chance », déclare Salome Wanjiku, employée de magasin à Karuru. « J’acquiers une très bonne expérience dans la fourniture de médicaments pour animaux et je noue de bonnes relations avec les agriculteurs. »

Prochaines étapes

Farm Shop progresse avec un plan quinquennal de durabilité qui prévoit notamment d’augmenter les revenus, de réduire les coûts et de concentrer les ressources sur les magasins très performants ayant le plus de chances d’être rentables. Un produit de financement novateur appelé Cascade Agricultural Finance fait l’objet d’un projet pilote pour améliorer l’accès des agriculteurs au crédit afin qu’ils puissent acheter en plus grandes quantités et réduire leurs déplacements au magasin. Farm Shop fait également l’expérience de la vente de produits ménagers (p. ex., du savon) afin d’éviter aux femmes de se rendre de nombreuses fois dans différents magasins. La stratégie à long terme de l’entreprise sociale inclut également une collaboration avec les gouvernements et les organisations locales de développement afin de former les agriculteurs. La mécanique du modèle pourrait aussi être transposée à d’autres secteurs tels que la santé, l’éducation, l’hygiène et l’eau.

Le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale est financé conjointement par le Centre de recherches pour le développement international et Affaires mondiales Canada.

Détails sur le projet et ses résultats.

Regarder une vidéo sur l’histoire de Farm Shop.

Regarder une vidéo sur le profil de Farm Shop.

Regarder la vidéo Faire changer d’échelle une entreprise sociale : enseignements de Farm Shop.