Créer des entreprises de pêche et d’aquaculture fructueuses en Amazonie bolivienne

13 août 2018
 Ever Endara avec sa femme, Carola Endara, devant son bateau de pêche.
CRDI / BARTAY

Des milliers de familles boliviennes collaborent avec des universités, des membres du gouvernement, des organisations de la société civile et le secteur privé pour démontrer qu’une approche axée sur le marché peut être bénéfique au secteur de la pêche et de l’aquaculture en Bolivie. Cette approche peut contribuer à accroître l’apport essentiel en protéines, acides grassains et micronutriments, ainsi qu’apporter la prospérité aux personnes les plus précaires sur le plan de la sécurité alimentaire en Amérique du Sud.

Exploiter le potentiel commercial du poisson

L’augmentation de l’approvisionnement et de la consommation de poissons d’élevage et sauvages (des secteurs sous-exploités en Bolivie) sont une priorité pour le gouvernement bolivien. Cependant, il faut pour cela des entreprises de pêche et d’aquaculture viables, rentables et équitables.

Selon les chercheurs, le succès de cette approche repose sur l’accès des entreprises familiales à de l’assistance technique (pour de meilleures pratiques d’hygiène et de manutention, par exemple), des services financiers et des cadres juridiques d’accompagnement.

Cette approche produit des résultats et donne naissance à de nouvelles petites entreprises. Dans un village, une usine pilote de transformation du poisson vend désormais des filets de grande qualité et des produits artisanaux fabriqués à partir de la peau et des écailles du poisson. Des femmes se sont également regroupées pour concevoir des recettes permettant d’utiliser la tête, la chair abdominale et les arêtes, des partiestrès nutritives généralement éliminées dans la transformation du poisson.

Une approche entrepreneuriale essentielle à la viabilité

Ce projet construitsur cette approche éprouvée de marché en ayant recours à l’expertise des services financiers pour faire croître les exploitations de pêche et d’aquaculture. Les entrepreneurs, principalement desfemmes, pourront être formés en planification, gestion et marketing d’affaires, et avoir accès à des produitsfinanciers adaptés.

Les décideurs et législateurs pourront également se servir des données probantes issues de cette initiative afin de concevoir et mettre à l’essai un nouveau plan gouvernemental de renforcement de la pêche en Bolivie et dans les pays avoisinants (Brésil, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela).

Les résultats attendus

  • Doubler la production aquacole (90 % pacu, 10 % autres espèces) jusqu’à 1 600 tonnes/an.
  • Doubler la production de la pêche de paiche (jusqu’à 600 tonnes/an). Le paiche est un « super-poisson » hautement productif, mais sous-exploité en Amazonie.
  • Donner à 10 000 entrepreneurs accès au microcrédit, à la technologie et à la formation.
  • Augmenter les revenus de 2 200 familles.
  • Augmenter la consommation annuelle de poisson par habitant de 20 % dans au moins 5 municipalités.
  • Fournir à près de 400 000 consommateurs de nouvelles sources de poisson de grande qualité.
  • Favoriser l’émergence d’au moins 50 nouveaux dirigeants du secteur privé et entrepreneurs locaux, en privilégiant les femmes.
  • Influencer un cadre institutionnel juridique et cohérent qui maximise la pêche régionale.

Téléchargez le PDF

Apprenez-en davantage sur ce projet