Améliorer l’accès aux renseignements de santé pour l’intervention en cas de crises du virus Ebola

14 novembre 2018
FLICKR / EU Civil Protection and Humanitarian Aid Operations

Le virus Ebola, extrêmement contagieux, peut se propager régionalement et internationalement, et pourrait avoir de graves répercussions sur la santé, les moyens de subsistance et les économies locales. Ce projet sert à mieux comprendre en quoi les renseignements de santé de base peuvent contribuer à définir les plans d’intervention et de rétablissement qui doivent être mis en place maintenant et à long terme devant la crise actuelle du virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

Le projet est financé dans le cadre du Fonds pour la recherche rapide sur les éclosions de la maladie à virus Ebola. Cette initiative de 1,5 million de dollars canadiens, cofinancée par le CRDI, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, soutient des projets de collaboration codirigés par des équipes du Canada et d’Afrique.

Le défi

L’éclosion du virus Ebola de 2014 à 2016 a tué des milliers de personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone et leur a occasionné une perte d’au moins 2 milliards de dollars américains en produit intérieur brut. L’insuffisance de données est l’un des défis majeurs faisant obstacle à une intervention réussie en cas d’éclosion du virus Ebola.

Afin d’améliorer la résilience et de prévenir les éclosions dans d’autres contextes humanitaires, il est important de comprendre le rôle des données et des systèmes d’information existants pour renforcer les systèmes de santé. Les systèmes de collecte de renseignements généraux se sont montrés prometteurs pour le contrôle des éclosions et ont joué un rôle essentiel dans la maîtrise rapide de l’éclosion en Ouganda. À la suite des éclosions des virus Ebola et Zika, l’accent a été mis sur un échange plus poussé des données de base sur la santé et les comportements axés sur la santé.

Le projet

Dirigé par une équipe de recherche conjointe canadienne et congolaise et soutenu par d’autres chercheurs et praticiens internationaux, ce projet dispose d’une solide expertise pluridisciplinaire dans les systèmes de santé, l’épidémiologie, la science des données, l’anthropologie et la santé publique, ainsi que d’une expérience significative avec le virus Ebola lui-même.

Le projet utilisera les données existantes pour évaluer l’état des interventions du système de santé en cas d’éclosions telles que l’Ebola avant, pendant et après l’éclosion dans les zones touchées et épargnées. La seconde phase consistera à utiliser principalement des méthodes qualitatives pour explorer la manière dont le système de renseignements de santé de base a été utilisé par diverses parties prenantes, notamment les travailleurs de la santé de première ligne, lors de l’éclosion.

Les incidences

Ce projet permettra de mieux comprendre comment les renseignements de santé de base sur les principales mesures des systèmes de santé peuvent étayer l’intervention continue et à long terme en cas de crise du virus Ebola en République démocratique du Congo ainsi qu’élaborer des outils permettant d’utiliser ces données lors de futures crises de santé publique.

Les constatations de la recherche aideront à guider l’intervention continue et à générer des leçons généralisées qui seront précieuses pour atténuer la menace de futures épidémies ou d’autres urgences de santé publique en République démocratique du Congo et dans d’autres pays où le revenu est faible à moyen.

De plus, cette recherche a les objectifs suivants :

  • Connaître davantage les répercussions de l’éclosion du virus sur l’utilisation des services de santé et la performance des systèmes de santé dans les régions touchées de la République démocratique du Congo et celles qui ne le sont pas.

  • Cerner les facteurs favorables ou nuisibles à la performance des systèmes de santé qui pourraient être pertinents pour de futures éclosions ou d’autres situations d’urgence présentant un risque pour la santé publique en République démocratique du Congo et dans d’autres pays du monde.

  • Faire ressortir les données (p. ex., renseignements généraux, enquêtes, bases de données sur les patients, examens des dossiers, outils qualitatifs) utilisées pour surveiller la performance des systèmes de santé dans les régions touchées ou non par l’éclosion du virus Ebola en République démocratique du Congo pour évaluer leurs points forts et points faibles respectifs dans le cadre du plan d’intervention d’urgence.

  • Améliorer l’intégration des systèmes de collecte de renseignements généraux dans les prochaines situations d’urgence en matière de santé publique.