Améliorer la dynamique sexospécifique des entreprises sociales pour soutenir les travailleurs bénévoles en santé

09 janvier 2020
Les travailleurs de la santé communautaire du BRAC en Ouganda.
Alison Wright
 

« Elle est comme une soeur pour moi », mentionne Sulaina Nassaka à propos de Ruth Nakuya, une promotrice de santé communautaire dans le district de Lwengo, en Ouganda. Mme Nakuya, qui travaille avec l’organisation non gouvernementale BRAC International, a récemment rendu visite à la jeune mère et soigné son fils atteint de paludisme. « J’ai vu des femmes mourir parce que les hôpitaux sont loin et je savais que mon village avait vraiment besoin de mon aide », souligne Mme Nakuya.

Elle est l’une des 180 000 agentes de santé communautaire en Ouganda, selon les statistiques du gouvernement. Dans de nombreux pays en développement, les promoteurs de la santé comme elle sont le fondement du système de santé et le premier point de contact avec les soins de santé formels pour les communautés isolées. Servant de lien vital entre les établissements de santé et les communautés, les promoteurs de la santé fournissent une gamme de services de santé essentiels allant des consultations prénatales aux dépistages du paludisme.

Des bénévoles en santé aux entrepreneurs

On estime que 70 % des agents de santé communautaire dans le monde sont des femmes, et bon nombre d’entre elles sont des bénévoles provenant des régions pauvres qu’elles desservent. Leur motivation vient du bien qu’elles font et du respect de la communauté à l’égard de leur poste. Toutefois, compte tenu des responsabilités que ces femmes doivent assumer au sein de leur ménage et de leur famille, il leur est difficile de continuer leur travail sans être payées.

L’une des méthodes de plus en plus employées pour régler ce problème consiste à fournir aux agentes de santé communautaire un moyen de gagner un revenu par le biais d’entreprises sociales axées sur la santé qui combinent des activités génératrices de revenus et la réalisation du bien-être social. Cependant, comment les inégalités sexospécifiques affectent-elles leur travail? Souvent, les femmes doivent composer avec des pratiques culturelles et des rôles sexospécifiques bien ancrés qui limitent leur pouvoir décisionnel à la maison, y compris en ce qui concerne leurs propres besoins en matière de soins de santé. Peu de recherches ont examiné la façon dont ces normes sexospécifiques affectent leur rendement dans les entreprises sociales axées sur la santé.

BRAC International s’est associé à l’Université du Cap-Breton pour étudier cette question en Ouganda et au Kenya, avec le soutien de l’initiative Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique (ISMEA), qui est financée par le CRDI, Affaires mondiales Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada. Leur objectif est d’aider à cerner les bonnes pratiques, les programmes de formation et d’autres interventions pour mieux appuyer les agents de santé communautaire.

« Il s’agit de la première étude du genre qui vise à cerner des questions de recherche clés sans réponse au sujet de l’égalité des sexes dans les entreprises sociales axées sur la santé ayant recours à des travailleurs de la santé communautaire en Afrique », souligne le codirecteur du projet, Kevin McKague, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les entreprises sociales et les marchés inclusifs, et professeur agrégé en entrepreneuriat social et stratégie à l’Université du Cap-Breton.

Un travailleur de la santé communautaire du BRAC en Ouganda.
Alison Wright
 

Améliorer la dynamique sexospécifique dans les entreprises sociales axées sur la santé

Les partenaires de recherche ont élaboré des études de cas sur les deux principales formes d’entreprises sociales axées sur la santé afin de mieux comprendre les problèmes sexospécifiques qui empêchent les agents de santé communautaires et les entreprises sociales de réaliser leur plein potentiel : le modèle des représentants de commerce et celui des cliniques.

En examinant Access Afya, qui vend des services primaires de soins de santé dans les bidonvilles de Nairobi par l’entremise de petites cliniques et pharmacies, ainsi que les centres de santé de LifeNet International situés en Ouganda, les études de cas de BRAC International en Ouganda et de Healthy Entrepreneurs se concentrent sur le travail accompli par les promoteurs de la santé communautaire pour vendre des médicaments et d’autres fournitures médicales dans leur communauté.

La recherche a révélé quatre domaines dans lesquels la dynamique sexospécifique pourrait être améliorée :

Politiques d’entreprises sociales : L’élaboration de politiques équitables et inclusives en milieu de travail dans les entreprises sociales qui soutiennent l’équilibre entre le travail et la vie privée des travailleurs de la santé communautaire peut améliorer l’égalité entre les sexes et les résultats en matière de santé. Par exemple, les politiques qui reconnaissent et appuient le congé de maternité, ou qui offrent des possibilités de développement du leadership et de mobilité ascendante au sein de l’organisation sont des moyens de répondre aux besoins des travailleuses de la santé.

Relation entre l’entreprise et le travailleur de la santé : Le soutien et la formation fournis par l’entreprise sociale peuvent améliorer l’égalité entre les sexes. Par exemple, une entreprise sociale pourrait offrir une formation dans des domaines tels que les négociations et la gestion des conflits pour aider les travailleurs de la santé à soutenir les femmes enceintes qui pourraient s’écarter de leur plan de traitement.

Relations à la maison : L’engagement des partenaires et des pères des bénéficiaires des initiatives de santé maternelle et infantile est récemment devenu une priorité, mais peu ou pas d’attention a été accordée aux partenaires des travailleurs de la santé communautaire. Les travailleurs de la santé qui ont été interrogés ont indiqué que le soutien de leur partenaire s’est avéré crucial et a même déterminé leur décision d’assumer leur rôle de bénévole. Ainsi, une meilleure communication et des possibilités accrues pour les partenaires d’en apprendre davantage sur ce rôle aideraient à prévenir tout malentendu au sein du ménage et à renforcer leur soutien aux travailleurs de la santé communautaire.

Relation entre le travailleur de la santé communautaire et le patient : Des disparités sexospécifiques peuvent survenir lorsque les produits et les services ne répondent pas aux besoins des patients. Par exemple, il peut être nécessaire de prévoir un lieu privé où les patientes et les travailleurs de la santé communautaire peuvent se rencontrer pour discuter de questions intimes telles que la planification familiale ou la violence entre partenaires. Access Afya, par exemple, jumèle les travailleuses et les travailleurs de la santé communautaire pour faciliter les discussions entre hommes et entre femmes.

Des pratiques garantissant l’égalité des sexes en vue d’un impact accru

Cette recherche permet de mieux comprendre les inégalités entre les sexes auxquelles sont confrontés les travailleurs de la santé communautaire, surtout les travailleuses.

« Le genre - les rôles sociaux, les activités, les caractéristiques et les comportements que la société prescrit pour les hommes et les femmes - est une dimension importante des ressources humaines en santé qui n’a pas reçu l’attention qu’elle mérite », déclare Jenipher Twebaze Musoke, codirectrice du projet chez BRAC International. Sa collaboration avec M. McKague, de l’Université du Cap-Breton, et Sarah Harrison, une spécialiste canadienne de l’égalité des sexes, permet également de trouver des moyens de surmonter les inégalités entre les sexes.

« Le fait de reconnaître et d’aborder les questions et les contraintes sexospécifiques à chaque niveau serait bénéfique pour tous les acteurs et offrirait des possibilités de stratégies gagnant-gagnant pour améliorer à la fois les résultats opérationnels et les résultats en matière de santé », déclare Mme Harrison.

Comme le soulignent les chercheurs, non seulement un examen sérieux des questions sexospécifiques améliore l’efficacité des entreprises sociales axées sur la santé, mais il crée également un impact plus durable dans l’ensemble, y compris une plus grande égalité des sexes pour les travailleurs de la santé communautaire qui peut avoir des retombées positives dans toute la société.

Regardez une vidéo de Ruth Nakuya et de Sulaina Nassaka dans le district de Lwengo, en Ouganda.

Découvrez un autre projet de recherche de BRAC International et de l’Université du Cap-Breton qui est soutenu par l’ISMEA