Aller au contenu principal

Soutenir les garderies d'enfants sur les marchés pour réduire le travail de soins non rémunéré pour les femmes d'affaires vulnérables en Ouganda

Avec le soutien de la Banque africaine de développement, le gouvernement ougandais a lancé une initiative phare – le Projet d’amélioration des marchés et du commerce des produits agricoles (MATIP) – qui vise à établir des marchés organisés autour de fournisseurs agréés afin d’améliorer les possibilités commerciales entre les marchés ruraux et urbains, y compris l’apport de valeur ajoutée. À ce jour, plus de dix marchés de ce type ont été créés dans le pays, et plus de 60 % des bénéficiaires sont des femmes. Des centres de garde d’enfants, appelés « établissements de soins parentaux », sont mis en place dans chaque marché pour aider les femmes commerçantes et entrepreneures. Il y a un intérêt croissant pour trouver des modèles testés et éprouvés qui fonctionnent pour les femmes qui mènent leurs activités dans des marchés non structurés, étant donné que les femmes les plus marginalisées continuent d’y être actives. Les besoins en matière de garde d’enfants ont été accentués par la pandémie de COVID-19 en raison de l’augmentation du fardeau lié aux soins non rémunérés, qui continue de peser lourdement sur les femmes les plus marginalisées.

Comme c’est le cas dans de nombreux contextes à faible revenu, on sait peu de choses sur les modèles de garde d’enfants durables qui fonctionnent pour les femmes pauvres en Ouganda. En travaillant en étroite collaboration avec les gouvernements locaux, les responsables de ce projet cherchent à combler cette lacune en matière de données probantes. Pour ce faire, on utilisera une approche fondée sur des méthodes mixtes pour mettre à l’essai des modèles de soins parentaux qui fonctionnent pour les femmes commerçantes travaillant dans des marchés non structurés à Kampala. Le projet étudiera également l’extensibilité, notamment la possibilité de recourir à des partenariats privés-publics pour assurer un impact durable. Il vise aussi à approfondir la base de données factuelles sur la question de savoir si et comment la réduction de la charge de travail non rémunéré des femmes augmente la productivité et les revenus de celles-ci.

Ce projet bénéficie du soutien de l’initiative Croissance de l’économie et débouchés économiques des femmes (CEDEF) en Afrique de l’Est, qui est financée conjointement par la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation William et Flora Hewlett et le CRDI. Le programme CEDEF – Afrique de l’Est cherche à générer un changement transformateur pour faire progresser l’égalité des genres dans le monde du travail.

Project ID
109682
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Martha Melesse
Total Funding
CA$ 687,200.00
Location
Ouganda
Programmes
CEDEF - Afrique de l’Est