Vulnérabilité aux maladies à transmission vectorielle - accroissement de la résilience dans un contexte de changements climatiques en Afrique

Les populations des régions arides de l'Afrique subsaharienne, caractérisées par une économie fragile, doivent non seulement composer avec la pauvreté et l'insécurité alimentaire, mais également avec la vulnérabilité sociale. Sous l'effet des changements climatiques, elles sont également davantage à risque de contracter des maladies à transmission vectorielle.

Les maladies à transmission vectorielle, comme le virus du Nil occidental et le paludisme, sont transmises par les piqûres de petits insectes tels que les puces, les tiques et les moustiques. Les agents capables de transmettre ces maladies (ou vecteurs), comme les moustiques et les escargots, ont besoin d'eau pour se reproduire et survivre. Mais en raison des changements climatiques, les ressources hydriques se font de plus en plus rares en Afrique. Un nombre grandissant de personnes et d'animaux se massent autour des rares sources d'eau, formant ainsi des foyers de maladie potentiels. Par ailleurs, la construction de barrages, l'irrigation et d'autres activités de gestion de l'eau créent de nouveaux habitats pour les vecteurs et de nouveaux risques d'exposition à ces derniers.

Les liens entre changements climatiques, gestion de l'eau et incidence des maladies à transmission vectorielle dans les régions arides de l'Afrique demeurent inconnus. Les ministères de la Santé et d'autres entités en Afrique recommandent d'effectuer davantage de recherches sur les déterminants environnementaux des maladies. Ce projet donne suite à cette recommandation dans la mesure où il cherchera à combler certaines des lacunes en matière de recherche et proposera des solutions à long terme.

Avec le soutien du CRDI, le Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales (TDR) met en oeuvre un vaste programme de recherche visant à comprendre les effets des changements climatiques sur la vulnérabilité des populations aux maladies transmises par les moustiques, les moucherons et les escargots en Afrique subsaharienne. Principalement centrée sur les populations éloignées ou autrement marginalisées, la recherche permettra de déterminer lesquelles sont les plus vulnérables aux changements d'ordre social, environnemental et climatique. Elle examinera comment utiliser le plus efficacement possible les stratégies et outils de lutte contre les maladies pour rejoindre ces populations et comment adapter ces stratégies aux nouvelles réalités environnementales.

Le programme contribuera également à renforcer les capacités des chercheurs africains de produire, d'interpréter et d'utiliser des données socioéconomiques, environnementales, météorologiques et climatiques en vue d'orienter les stratégies de prévention des maladies et de lutte dans un contexte d'adaptation. En outre, il encouragera les responsables des politiques africains à mettre au point des cadres permettant d'améliorer la gestion du risque lié aux maladies à transmission vectorielle et l'adaptation aux changements climatiques, en vue notamment d'accroître la résilience des populations vulnérables.

En collaboration avec le CRDI, le TDR préparera et lancera un appel à lettres d'intention concurrentiel, effectuera un examen scientifique et tiendra un atelier sur l'élaboration de propositions en appui à sept projets dirigés par des chercheurs africains. Le TDR coordonnera la mise au point d'outils normalisés de collecte des données et supervisera la production de synthèses scientifiques, la formation des chercheurs et la consignation des résultats de recherche et des recommandations en matière de politiques. Le projet sera utile aux organismes de recherche, aux services techniques, aux responsables des politiques et aux collectivités des régions arides de l'Afrique, en particulier aux femmes et aux enfants des collectivités pauvres.

Projet nᵒ

106905

État du projet

Actif

Date de début

Thursday, July 5, 2012

Durée

48 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Baldet, Thierry

Financement total

CAD$ 6,951,200

Pays

Sud du Sahara, Afrique de l'Ouest

Institution

Centre de recherches pour le développement international

Site internet

http://www.idrc.ca

Chargé(e) de projet

Dr. Florence FOUQUE

Institution

Organisation mondiale de la santé

Site internet

http://www.who.int