Réduction des pertes de fruits grâce à la nanotechnologie (FCRSAI, deuxième phase)

La mauvaise manipulation des fruits entraîne des pertes après récolte dans près de 40 % des pays tropicaux. Ce projet vise à prolonger la récolte, améliorer la qualité des fruits et en accroître la durée de conservation. Il s'appuie sur un projet précédent financé par le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale, qui a démontré que l'hexanal (un composé chimique largement utilisé) peut aider à résoudre problème.

Faire avancer la science, améliorer la durée de conservation des fruits
Le projet s'appuie sur les résultats de recherche de pointe pour accroître l'utilisation de l'hexanal avant et après la récolte et l'appliquer à d'autres fruits commerciaux, tels que la banane, la papaye et les agrumes. Les chercheurs amélioreront les systèmes d'emballage pour le transport des fruits en utilisant des nanoparticules imprégnées d'hexanal et des enrobages de biocire.

La Tamil Nadu Agricultural University, en Inde, l'Industrial Technology Institute, au Sri Lanka, et l'Université de Guelph, au Canada, collaboreront avec des instituts de recherche des Antilles, du Kenya et de Tanzanie, pour produire de nouvelles connaissances sur les innovations qui utilisent la vaporisation d'hexanal, la biocire et des matériaux d'emballage à base de nanoparticules. Ils exploreront également les possibilités de commercialisation à grande échelle de ces technologies.

Commercialisation de nouvelles technologies
La recherche sur le passage à grande échelle déterminera des méthodes empiriques qui permettront de commercialiser et d'appliquer à grande échelle de nouvelles technologies. Au nombre des options, mentionnons :
-la production de matrices de nanofibres à des fins commerciales;
-l'application des technologies à plus de fruits;
-des emballages pour divers besoins commerciaux;
-l'application à d'autres fruits tropicaux des leçons tirées de l'expérience avec la mangue.

L'utilisation de nanotechnologies vertes provenant des déchets biologiques, au lieu de nanoparticules à base de métal ou de carbone, est plus écologique et abaisse les coûts de production.

Amélioration des conditions de vie et des moyens de subsistance
Le projet est censé réduire sensiblement les pertes après récolte et, conséquemment, améliorer le revenu et les moyens de subsistance de petits producteurs de fruits dans les cinq pays ciblés. Ce projet devrait créer de nouveaux débouchés économiques pour les agricultrices qui s'occupent du traitement des fruits après la récolte.

Ce projet est subventionné par le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI), un programme du CRDI qui bénéficie du soutien financier du gouvernement du Canada par l'intermédiaire d'Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD).

Projet nᵒ

107847

État du projet

Actif

Date de début

Friday, July 11, 2014

Durée

40 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Kevin Tiessen

Financement total

CAD$ 4,208,446

Pays

Mondial, Kenya, Sri Lanka

Chargé(e) de projet

Dr. Jayasankar Subramanian

Institution

University of Guelph

Pays d' institution

Canada

Site internet

http://www.uoguelph.ca

Chargé(e) de projet

Dr. Kizhaeral Sevathapandian Subramanian

Institution

Tamil Nadu Agricultural University

Pays d' institution

India

Site internet

http://www.tnau.edu

Chargé(e) de projet

Dr. Ilmi Hewajulige

Institution

Industrial Technology Institute

Pays d' institution

Sri Lanka

Site internet

http://www.naresa.ac.lk