Stratégies optimales d’efficacité énergétique en faveur d’un développement à faibles émissions de carbone dans les économies émergentes

Les politiques rationnelles d’efficacité énergétique jouent un rôle crucial dans la lutte contre les changements climatiques. Elles sont considérées comme essentielles pour réduire les factures d’énergie, les émissions et la pollution atmosphérique, tout en améliorant la souveraineté et la sécurité énergétiques et l’accès à l’énergie. Néanmoins, des obstacles importants subsistent à la mise en œuvre efficace de politiques inclusives en matière d’efficacité énergétique dans les pays en développement. Les femmes des zones rurales sont particulièrement touchées par l’accès limité aux sources d’énergie fiables, telles que l’électricité, obligeant de ce fait les ménages à se tourner vers les biocarburants, notamment le bois et le fumier, pour cuisiner, s’éclairer et se chauffer. Cette « pauvreté énergétique » demeure une des plus grandes difficultés qui s’opposent au développement mondial. Bien que de plus en plus de documents traitent de la façon d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire la demande d’énergie pour dégager des avantages sur le plan climatologique, il existe encore trop peu de données empiriques sur la façon de réaliser les objectifs à l’échelle et à la vitesse nécessaires.

Ce projet est exécuté par l’entreprise Econoler Inc, qui se spécialise dans le développement et la mise en œuvre de projets d’efficacité énergétique et d’énergie propre. Il vise à définir des mesures d’efficacité énergétique et à étudier les améliorations qu’il est possible d’apporter pour combattre les inégalités d’accès aux services et à la prise de décision dans les zones rurales des pays de l’Afrique de l’Ouest, à titre de stratégie combinée d’atténuation (réduction des émissions) et d’adaptation. Il produira des données probantes visant à trouver et à mettre en œuvre des solutions ainsi qu’à mieux comprendre les déterminants socioéconomiques de la pauvreté énergétique, en particulier leur dimension sexospécifique. En conséquence, les chercheurs et les décideurs politiques seront en mesure de faire avancer les discussions politiques en faveur d’une justice énergétique dans leur pays; les dirigeantes et les représentants des administrations locales pourront contribuer aux politiques et aux plans d’adaptation nationaux; les organisations non gouvernementales et les think tanks nationaux pourront travailler avec les organismes gouvernementaux pertinents pour placer les mesures d’efficacité énergétique au cœur des stratégies et des politiques nationales d’adaptation, et transposer les modèles d’efficacité énergétique définis à une plus grande échelle.

Projet nᵒ

108666

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Bhim Adhikari

Financement total

CAD$ 749,900

Pays

Sud du Sahara