S’attaquer à la ségrégation urbaine : Autonomisation juridique dans les villes d’Amérique latine

Il est estimé qu’en Amérique latine, huit personnes sur dix habitent en ville. Beaucoup de grands centres urbains fomentent de profondes inégalités. Plus de 29 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté et 23,5 % vit dans des établissements humains spontanés (bidonvilles). Les difficultés à trouver des débouchés économiques que rencontrent les pauvres en milieu urbain sont aggravées par le manque d’équité sociale et économique, particulièrement l’accès à un logement décent et des services de base et plus généralement l’accès à la justice. S’entendant de la concentration des inégalités dans ces bidonvilles, la ségrégation urbaine résulte souvent de politiques publiques d’exclusion et d’iniquité.

Dans ce contexte, ce projet de recherche axé sur l’action produira des données probantes sur la manière d’améliorer l’accès à la justice et le respect des droits de la personne dans trois grandes villes d’Amérique latine : Buenos Aires en Argentine, La Paz­El Alto en Bolivie et Quito en Équateur. Fourmillant de zones pauvres et d’établissements humains spontanés, ces villes ont vu, au fil du temps, des mouvements populaires s’organiser pour relever surmonter des défis sociaux plus généralisés. Toutefois, les habitants d’établissements spontanés sont aux prises avec des obstacles persistants, qui freinent l’amélioration de leurs conditions de vie. Les femmes et les migrants sont encore moins aptes à faire valoir leurs droits.

Dans le but de relever ces défis, une équipe interdisciplinaire, formée d’avocats, d’experts urbains, de scientifiques sociaux et d’acteurs communautaires, examinera trois hypothèses : en quoi le problème de la ségrégation urbaine est lié aux droits actuels des habitants d’établissements humains spontanés; quelles actions communautaires permettent le mieux à ces communautés de faire valoir leurs droits; en quoi les stratégies d’autonomisation juridique peuvent renforcer ces actions. En collaboration avec les membres de la communauté, les travaux de recherche les aideront à mieux connaître leurs droits, mettront au point des outils visant à améliorer les conditions de vie et l’accès à la justice et favoriseront l’adoption d’actions et de politiques publiques plus soucieuses des droits des pauvres en milieu urbain. Établie à Buenos Aires en Argentine, l’Asociación Civil por la Igauldad y la Justicia (Association civile pour l’égalité et la justice) est le partenaire local.

Projet nᵒ

108337

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Adrian Di Giovanni

Financement total

CAD$ 619,900

Pays

Argentine, Bolivie, Équateur

Chargé(e) de projet

Sebastián Pilo

Institution

Asociación Civil por la Igualdad y la Justicia

Pays d' institution

Argentina

Site internet

http://acij.org.ar