S’allier pour éradiquer la maladie de Chagas en Amérique centrale

Les pertes économiques mondiales causées par la maladie de Chagas sont estimées à 7 milliards d’USD par an. En Amérique centrale, cinq millions de personnes défavorisées vivant dans des maisons faites de terre, de torchis ou de chaume sont susceptibles de contracter la maladie de Chagas. Le principal vecteur de transmission de la maladie de Chagas est Triatoma dimidiata, un insecte indigène qui a la capacité de réinfester les maisons quelques mois après la pulvérisation d’insecticides. Même si des mesures de contrôle fondées sur la pulvérisation d’insecticides sont en place depuis longtemps dans le but de mettre fin à l’infestation des foyers, la maladie de Chagas persiste dans de nombreuses zones rurales de la région. Conformément aux recommandations de la commission intergouvernementale de l’initiative des pays d’Amérique centrale et du Mexique pour la lutte contre les vecteurs de la maladie de Chagas, des interventions novatrices de lutte contre la maladie, y compris des améliorations des habitations, seront bientôt effectuées dans les zones sensibles prioritaires. Les recherches antérieures ont montré que des améliorations des habitations durables, économiques et culturellement adaptées réussissent à rendre les maisons plus résistantes à une nouvelle infestation et à prévenir la contamination.

Ce projet exécuté en partenariat avec l’Universidad de San Carlos de Guatemala visera à démontrer la possibilité d’éliminer la maladie de Chagas en tant que menace à la santé publique dans une zone de forte endémie, et jettera les bases de sa reproduction dans d’autres zones sensibles du Mexique et de l’Amérique centrale. Il sera mené dans la zone la plus touchée par la maladie de Chagas, le long de la frontière entre le Guatemala et le Salvador, ciblant ainsi 48 communautés rurales du département de Jutiapa au Guatemala. Outre la réduction de la transmission de la maladie, le projet améliorera de façon considérable les conditions de vie de 32 400 personnes vulnérables.

Un plan intégré de contrôle de la maladie combinera les actions communautaires visant à réduire les facteurs de risque de transmission (comme l’amélioration des logements) avec la pose de diagnostics et le traitement des personnes infectées dans des délais opportuns. Parmi ces activités, on compte la formation des professionnels de la santé au développement, à l’évaluation et à l’intégration de cette approche dans les politiques nationales de santé publique, et le renforcement des systèmes de surveillance.

Projet nᵒ

108651

État du projet

Actif

Durée

42 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Roberto Bazzani

Financement total

CAD$ 1,240,200

Pays

Guatemala