Rôle des mitochondries dans les voies immunitaires innées

Afin d’assurer la survie, les cellules de l’organisme doivent pouvoir reconnaître les bactéries et les virus. Selon le type d’infection, la cellule activera différentes voies qui mènent habituellement à deux réactions distinctes; d’abord, la cellule sécrète des protéines appelées cytokines qui alertent les cellules situées près du siège de l’infection, particulièrement celles du système immunitaire. Ensuite, plusieurs phénomènes sont déclenchés pour arrêter la réplication de l’agent pathogène à l’intérieur de la cellule. Cette réaction cellulaire directe à l’infection est appelée « immunité innée ».

Les chercheurs ont relevé le rôle essentiel d’un organite intracellulaire, appelé mitochondrie, dans la propagation de ces signaux. Les mitochondries sont bien connues comme étant la « centrale d’énergie de la cellule »; toutefois, elles peuvent également servir de plateforme pour regrouper la signalisation anti-virale et anti-inflammatoire. Les mitochondries conservent aussi leurs signatures bactériennes, y compris leur propre ADN non méthylé, et le mécanisme pour traduire les protéines.

On a récemment démontré que cet ADN mitochondrial est libéré dans le cytoplasme cellulaire dans certaines situations stressantes. Les réactions antivirales cellulaires sont alors déclenchées, comme si la cellule était infectée par des bactéries. Ainsi, les mitochondries jouent un rôle central comme plateforme de signalisation pour déclencher cette réaction protectrice à l’infection, et comme activateur direct de cette réaction lorsque leur propre ADN est libéré. Ce projet a comme objectif d’étudier le rôle des mitochondries dans les réactions immunitaires innées et d’obtenir une compréhension détaillée de la manière dont les mitochondries régissent les voies de signalisation immunitaires innées.

Le projet est dirigé au Canada par l’Institut neurologique de Montréal (Université McGill) en collaboration avec le Weizmann Institute (Israël), l’Universidad Andres Bello (Chili) et le National Institute of Biological Sciences (Chine). Ce projet et son financement ont été approuvés par le deuxième concours de recherche du Programme conjoint canado-israélien de recherche en santé, un partenariat entre le CRDI , les Instituts de recherche en santé du Canada, l’Israel Science Foundation et la Fondation Azrieli. Ce programme de sept années, qui disposera d’un budget de 35 millions CAD, met à contribution les compétences scientifiques uniques des deux pays et facilite le réseautage avec les pairs en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Tous les projets incluent un plan d’intégration de chercheurs de pays à faible revenu et à revenu intermédiaire qui permettra d’établir des relations scientifiques à long terme.

Projet nᵒ

108407

État du projet

Actif

Date de début

Tuesday, August 2, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Fabiano Santos

Financement total

CAD$ 656,888

Pays

Mondial

Chargé(e) de projet

Heidi McBride

Chargé(e) de projet

Elvie Coletta

Institution

The Royal Institution for the Advancement of Learning/McGill University

Pays d' institution

Canada

Site internet

http://www.mcgill.ca