Réduire les mariages précoces chez les réfugiées syriennes adolescentes: améliorer l’accès à l’information/services liés à la santé sexuelle

Bien que l’âge moyen du mariage soit en hausse dans le monde arabe, le taux de mariages précoces demeure élevé, surtout dans les régions où sévissent des conflits et parmi les populations déplacées. Les mariages précoces entraînent des conséquences négatives sur le plan social et sur la santé des adolescentes, notamment des grossesses précoces, un taux de décrochage scolaire élevé, une diminution de la mobilité sociale, des droits juridiques limités, une réduction de l’accès à l’information et aux services liés à la santé sexuelle et reproductive, une autonomie limitée en ce qui concerne la planification familiale, et un risque élevé de subir de la violence sexospécifique.

Ce projet, mis en œuvre par l’Université américaine de Beyrouth, vise à remédier au problème des mariages précoces chez les réfugiées syriennes adolescentes au Liban grâce à l’amélioration de l’accès à l’information et aux services liés à la santé sexuelle et reproductive. Une intervention multisectorielle fondée sur les droits et axée sur la collectivité sera conçue, mise en œuvre et évaluée dans la ville de Bar Elias. Cette intervention visera à permettre une meilleure compréhension de la façon dont les facteurs comme l’accès à l’information et aux services liés à la santé sexuelle et reproductive, l’éducation et les débouchés économiques peuvent influer sur les résultats concernant les mariages précoces et la protection des adolescentes déjà mariées. L’intervention sera axée sur les réfugiées syriennes qui sont exposées à un mariage précoce (11 à 14 ans), ainsi que sur leur mère et sur les jeunes hommes syriens issus des mêmes collectivités. L’étude visera également les jeunes filles mariées de moins de 18 ans pour encourager l’enregistrement officiel des mariages et éviter les conséquences néfastes sur le plan de la santé sexuelle et reproductive.

Cette proposition est l’un de neuf projets sélectionnés s’étendant à deux régions (l’Afrique de l’Ouest et le Moyen-Orient) et englobant deux thématiques (la santé sexuelle et reproductive des adolescents et les systèmes d’information sur la santé). Le projet est étroitement lié à la Politique d’aide internationale féministe du Canada, aux priorités stratégiques définies dans la Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent (2016-2030) menée par l’Organisation mondiale de la Santé, et au Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Projet nᵒ

108673

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Chaitali Sinha

Financement total

CAD$ 706,600

Pays

Liban