Recoupement des politiques: renforcer les initiatives de reddition de comptes ascendante dans le contexte des acquisitions massives de terres

Au cours des dernières années, les acquisitions massives (achats, locations ou autres arrangements) de terres agricoles dans les pays en développement par des particuliers, des entreprises et des gouvernements étrangers ont eu des effets économiques positifs tout comme des effets négatifs sur les moyens de subsistance traditionnels. Cette tendance a restreint l’accès aux ressources clés pour les petits producteurs des pays en développement telles que l’eau et le pâturage. La situation est d’autant plus compliquée qu’il existe une multitude de règles coutumières, de cadres juridiques, d’institutions et d’organismes de régulation de la propriété territoriale et de son exploitation.

Les moyens de subsistance de ces populations sont complexes et relèvent de divers facteurs interdépendants. Par conséquent, le fait de limiter les efforts de responsabilisation à un seul domaine ou problème, ce qui est la méthode généralement utilisée par les groupes ruraux marginalisés, restreint toute stratégie de responsabilisation. Cette lacune est particulièrement problématique lorsque les subtilités inhérentes aux traditions, aux rôles sexospécifiques et aux générations sont aussi prises en compte.

Sous la direction de l’organisation FIAN International (Information et réseau d’action pour le droit à se nourrir), et avec la participation de chercheurs et de groupes de la société civile du Mali et du Nigéria, ce projet vise à déployer de nouvelles stratégies de responsabilisation qui tiendront compte du chevauchement des divers contextes législatifs et institutionnels. Il vise également à examiner les difficultés pour les femmes et les jeunes à acquérir des droits sur les terres et les ressources dans les communautés rurales régies par des normes sociales et culturelles qui empêchent les femmes d’exercer leurs droits.

Les chercheurs feront appel aux principes de la recherche-action avec une approche féministe. Les résultats escomptés sont notamment l’élaboration de stratégies et d’outils inclusifs de responsabilisation qui tiennent compte des points de vue des femmes et des jeunes. À l’échelle régionale, le projet entend influencer les lignes directrices en matière de droit foncier qui font actuellement l’objet de négociations dans le but de promouvoir les droits fonciers de régime coutumier.

Ce projet fait partie d’un ensemble de projets soutenus par le CRDI en Afrique subsaharienne intitulé « Utiliser la recherche-appliqué pour améliorer la gouvernance et les droits fonciers des communautés, des femmes et des groupes vulnérables ».

Projet nᵒ

108696

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Ramata Thioune

Financement total

CAD$ 506,000

Pays

Mali, Nigéria

Programme

Gouvernance et justice

Chargé(e) de projet

Sofía Monsalve Suárez

Institution

FIAN International e.V.

Pays d' institution

Germany

Site internet

http://www.fian.org