Populations, espace et infrastructures : réduire la violence urbaine et favoriser la justice à Mumbai, Rio et Durban

Dans notre monde en pleine urbanisation, les villes offrent des débouchés économiques et des perspectives de mobilité sociale, mais elles sont aussi des lieux de violence pour un nombre grandissant de leurs habitants. Au fur et à mesure que s'étend l'urbanisation, la violence se manifeste dans de nouveaux endroits et sous de nouvelles formes. L'âpre concurrence pour les services et ressources fournis par l'État fait en sorte que des quartiers autrefois stables sont aujourd'hui le théâtre d'actes de violence parfois criminels, visant les femmes ou présentant un caractère racial, interethnique ou intercommunautaire. Dans tous les cas, les principales victimes de ces violences sont les membres des groupes pauvres et marginalisés, c'est-à-dire les travailleurs de l'économie non structurée, les femmes, les aînés, les migrants, les enfants et les groupes traditionnellement opprimés.

Le présent projet introduit une nouvelle notion, celle de " justice spatiale ", afin d'explorer les stratégies adoptées par ces groupes marginalisés pour composer avec l'adversité, plus particulièrement avec la violence, la pauvreté et les inégalités, à Mumbai (en Inde), Rio de Janeiro (au Brésil) et Durban (en Afrique du Sud). Cette notion permettra aux chercheurs de s'interroger sur la façon dont les politiques étatiques et les forces du marché influent sur les réalités sociales et, simultanément, sur le paysage urbain. Au moyen de cette approche, le projet mettra en évidence la manière dont les inégalités, l'insécurité, la pauvreté et la violence viennent aggraver les injustices subies dans le cadre des transformations du milieu urbain. Les travaux serviront de base à des recommandations concrètes sur la façon dont on pourrait revoir les politiques d'urbanisme afin que les villes deviennent des milieux plus justes, plus sûrs et plus équitables pour les pauvres et les personnes marginalisées.

Les chercheurs utiliseront une démarche qualitative, consolidée par des données quantitatives et des outils de cartographie créés sur la base d'informations géographiques, pour jeter une lumière nouvelle sur les relations complexes qui existent entre la pauvreté, les inégalités et la violence dans les trois villes ciblées. Le projet constituera des réseaux de savoir Sud-Sud, à trois échelons :
- à l'échelon de chacune des trois villes, par l'organisation d'ateliers à intervalles réguliers et l'attribution de bourses de recherche;
- à l'échelon intervilles, par l'intermédiaire d'un réseau de recherche reliant trois établissements universitaires qui se penchent sur les problèmes liés à l'urbanisation;
- à l'échelon international, par des publications et des activités qui favoriseront les efforts de sensibilisation et la diffusion des travaux.

Ce projet s'inscrit dans l'initiative Villes sûres et inclusives, qui vise à constituer une assise de données probantes sur les liens entre la violence, la pauvreté et les inégalités en milieu urbain. Financée conjointement par le CRDI et le DFID, cette initiative cherche à cerner les stratégies les plus efficaces pour contrer ces phénomènes en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Projet nᵒ

107362

État du projet

Actif

Date de début

Friday, December 21, 2012

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Navsharan Singh

Financement total

CAD$ 502,300

Chargé(e) de projet

Dr. Amita Bhide

Institution

{name of individual authorized to contract on behalf of the institution} for and on behalf of Tata Institute of Social Sciences

Pays d' institution

India

Site internet

http://www.tiss.edu

Chargé(e) de projet

Prof. Carlos Vainer

Institution

Universidade Federal do Rio de Janeiro

Pays d' institution

Brazil

Site internet

http://www.ufrj.br

Chargé(e) de projet

Prof. Brij Maharaj

Institution

University of KwaZulu-Natal

Pays d' institution

South Africa

Site internet

http://www.ukzn.ac.za