Pauvreté, inégalités et violence en milieu urbain en Inde : vers un urbanisme plus inclusif

Le présent projet permettra de déterminer de quelle manière la planification et la gouvernance urbaines inclusives peuvent contribuer à réduire les tensions, les conflits, les inégalités et la violence dans cinq villes de l'Inde (Ahmedabad, Gurgaon, Patna, Guwahati et Bidar). Il s'intéressera aux moyens que prennent les pauvres pour faire face à leurs problèmes, et aux stratégies qu'ils mettent en oeuvre pour survivre. Il préconisera aussi des solutions plus inclusives en ce qui a trait à l'aménagement du territoire urbain.

D'après le recensement de 2011, près du tiers (32 %) de la population de l'Inde, soit 377 millions de personnes sur un total de 1,2 milliard d'habitants, vit en milieu urbain. Ce nombre est plus élevé que celui de l'ensemble de la population des États-Unis. Le rapport publié en 2010 par le McKinsey Global Institute estime qu'en 2030, 40 % de la population des villes de la planète habitera en Inde.

La forte croissance économique de l'Inde, largement concentrée dans les villes, a entraîné des taux élevés d'urbanisation. Les villes de petite taille ou de taille moyenne, en particulier, attirent de plus en plus de gens à mesure qu'elles deviennent l'épicentre de la croissance économique du pays. Cette urbanisation s'accompagne toutefois de vives tensions concernant l'accès à des ressources limitées telles que les terres, l'eau et le crédit.

L'urbanisme traditionnel ne répond pas comme il se devrait aux besoins des pauvres des villes indiennes, qui survivent en obtenant un logement, des services et du travail auprès du secteur non structuré, qui échappe aux règlements et à l'impôt. Selon les statistiques établies en 2012 par la Commission de planification de l'Inde, quelque 76,5 millions de personnes (21 % de la population urbaine totale) sont considérées comme pauvres. La National Building Organization signale qu'environ 93 millions de personnes vivent dans des bidonvilles. Cette population est très vulnérable aux dangers de l'urbanisation sauvage. En Inde, les pauvres courent souvent le risque de perdre leur maison et leurs moyens de subsistance. Dans bien des cas, cela est attribuable à la spéculation sur les marchés fonciers et à la suppression des services urbains, y compris les services de sécurité. Il en résulte une population marginalisée qui se heurte encore davantage à la violence, aux inégalités et à la pauvreté qu'avant l'essor économique marqué du pays.

Les chercheurs utiliseront une combinaison de méthodes. Une équipe pluridisciplinaire s'attachera, en tenant compte des sexospécificités, à mieux comprendre de quelles façons les mécanismes d'aménagement urbain pourraient rendre les villes indiennes plus inclusives et plus sûres.

Ce projet s'inscrit dans l'initiative Villes sûres et inclusives, qui vise à constituer une assise de données probantes sur les liens entre la violence, la pauvreté et les inégalités en milieu urbain. Financée conjointement par le CRDI et le DFID, cette initiative cherche à cerner les stratégies les plus efficaces pour contrer ces phénomènes en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Projet nᵒ

107364

État du projet

Terminé

Date de début

Friday, décembre 21, 2012

Date butoir

Monday, septembre 12, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Navsharan Singh

Financement total

CAD$ 498,900

Pays

Inde

Chargé(e) de projet

Prof. Darshini Mahadevia

Institution

The Trustees of Centre for Environmental Planning and Technology

Pays d' institution

India

Site internet

http://www.cept.ac.in

Chargé(e) de projet

Prof. Preet Rustagi

Institution

Director for and on behalf of Institute for Human Development

Pays d' institution

India