Nouveau programme de troisième cycle interuniversitaire - phase II

En Afrique subsaharienne, les sciences sociales sont aux prises avec un manque criant de ressources. Toutefois, la constitution d'un important réservoir de titulaires de diplômes de maîtrise et de doctorat dans 18 pays francophones de l'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale permettra à la région de contribuer davantage aux sciences sociales à l'échelle mondiale, plus particulièrement en ce qui concerne la science économique.

Selon le Rapport mondial sur les sciences sociales 2010 de l'UNESCO, l'apport de l'Afrique subsaharienne à la production scientifique mondiale accuse un recul important. Les trois quarts des publications universitaires issues de la région sont l'oeuvre de chercheurs en sciences sociales sud-africains, nigérians et kényans. Le financement de la recherche en sciences sociales par l'État constitue l'exception plutôt que la règle. Le fait que de la recherche en sciences sociales soit réalisée de manière dynamique et soutenue dans des pays qui, pour la plupart, offrent peu de soutien de l'État, sont dotés d'installations vétustes et présentent nombre d'autres défis en dit long sur la résilience et la détermination dont font preuve les chercheurs de ces pays.

Un réseau de départements d'économie et de centres de recherche d'Afrique francophone ayant son siège au Burkina Faso, la CIEREA, a établi le Programme de troisième cycle interuniversitaire (PTCI) en 1994. Le PTCI a d'abord aidé les départements d'économie dans 18 pays d'Afrique francophone à offrir une formation de qualité aux étudiants inscrits à la maîtrise; depuis 2007, il englobe aussi les étudiants inscrits au doctorat (et il se nomme depuis lors Nouveau programme de troisième cycle interuniversitaire ou NPTCI). Les évaluations confirment que le programme a contribué à améliorer les capacités des chercheurs d'exercer une influence sur l'élaboration des politiques.

Le CRDI financera la prochaine phase du programme, où l'on cherchera à mettre davantage l'accent sur les politiques portant notamment sur les finances publiques, l'économie du travail, l'agriculture, la population et la gestion du secteur public. On prévoit, dans le cadre de cette nouvelle phase, former 360 étudiants à la maîtrise et 60 étudiants au doctorat qui, croit-on, resteront pour la plupart dans la région et contribueront à améliorer l'élaboration et l'analyse des politiques. Au moins 25 % des étudiants seront des femmes, et le programme proposera de nouveaux cours d'économie sous l'angle des sexospécificités.

Projet nᵒ

106830

État du projet

Actif

Date de début

Friday, March 23, 2012

Durée

48 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Mbiekop Ouahouo, Flaubert

Financement total

CAD$ 2,040,000

Pays

Afrique centrale, Afrique de l'Ouest

Chargé(e) de projet

PROF. KIMSEYINGA SAVADOGO

Institution

Conférence des institutions d'enseignement et de recherche économiques et de gestion en Afrique

Site internet

http://www.ptci-eco.org