Mobilisation au service de la préservation

Le présent projet vise à préserver la riche biodiversité de l'Afrique de l'Est en renforçant les moyens de subsistance des populations locales par des programmes de préservation communautaires. En favorisant par exemple l'amélioration des droits d'accès aux ressources naturelles, la diversification des revenus et le développement d'une économie verte (de l'écotourisme notamment), on aidera les Africains de l'Est à accélérer les efforts de préservation et à créer des débouchés.

Les programmes de préservation communautaires en Afrique
L'équipe du projet s'emploie à établir les caractéristiques les plus efficaces des programmes de préservation communautaires en étudiant les effets, sur les moyens de subsistance et les attitudes des populations locales, de même que sur les pratiques dans le secteur des ressources naturelles, d'un éventail d'expériences en matière de préservation. Ses constatations porteront sur des questions cruciales touchant aux politiques publiques relatives aux droits et aux responsabilités des collectivités en ce qui a trait à la gestion concertée des ressources naturelles.

Les chercheurs se penchent sur les parcours, les milieux humides et les forêts du Kenya, de la Tanzanie et de l'Ouganda; c'est dans cette région, en effet, que l'on trouve la plus grande concentration de biodiversité et d'espèces sauvages en Afrique.

Protéger les espèces sauvages
La collaboration des pasteurs et des chasseurs-cueilleurs coutumiers est essentielle afin de protéger les espèces sauvages qui sont menacées par la transformation de l'utilisation des terres, la fragmentation des aires de répartition, le braconnage et la perte de pâturages, de milieux humides et de forêts. Les collectivités en grande partie marginalisées dépendent aussi de ces précieuses ressources.

Les recherches montrent que la stratégie la plus efficace pour soutenir la biodiversité, dans les environs des parcs et ailleurs, fait appel à une vigoureuse participation des collectivités qui relie les moyens de subsistance et les aspirations aux avantages découlant des efforts de préservation. L'équipe du projet suit une démarche centrée sur le passage du savoir à l'action pour inciter les collectivités, leurs organismes partenaires et les populations locales à prendre part au processus d'étude et d'évaluation.

Activités
L'équipe s'attache en particulier :
- à établir les caractéristiques les plus efficaces des programmes de préservation communautaires;
- à comprendre l'influence qu'exercent divers organismes sur ces programmes;
- à suivre les travaux des organismes ¿uvrant dans le secteur de la préservation, à tous les échelons;
- à concevoir des modèles de préservation et de croissance verte qui reposent sur des droits de propriété et des mesures incitatives;
- à améliorer les pratiques de préservation utilisées dans la gestion concertée des ressources naturelles, à l'échelon local comme à l'échelon national;
- à soutenir 11 étudiants (en formation postdoctorale, au doctorat et à la maîtrise) d'Afrique de l'Est qui souhaitent collaborer avec des étudiants canadiens et européens de même niveau.

Participants
Le projet est financé par l'initiative Partenariats internationaux pour des sociétés durables. L'African Conservation Centre dirige les travaux des chercheurs d'Afrique de l'Est, qui sont soutenus en grande partie par le CRDI, alors que l'Université McGill joue le même rôle auprès des chercheurs canadiens, qui reçoivent un appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Projet nᵒ

107778

État du projet

Actif

Date de début

Friday, August 1, 2014

Durée

84 mois

Agent(e) responsable du CRDI

O`Brien, Mr. David

Financement total

CAD$ 1,484,500

Pays

Kenya, Tanzanie, Ouganda

Chargé(e) de projet

David Western

Institution

African Conservation Centre

Institution

Centre de recherches pour le développement international

Site internet

http://www.idrc.ca