Lutter contre les mariages précoces par l'autonomisation des filles en

En plus de son caractère illégal, le mariage précoce entraine une chaine de conséquences néfastes pour les filles victimes et constitue une entrave majeure au processus de développement économique et social, Or l'Afrique de l'Ouest, une des régions du monde les plus pauvres, regroupe la moitié des dix pays enregistrant les taux les plus élevés de prévalence des mariages précoces au monde avec au top le Niger et le Mali qui affichent une prévalence respectivement de 77 et 61%. De plus 36% des filles au Niger se marient avant l'âge de 15 ans et 75 % avant 18 ans. Malgré l'existence d'un cadre juridique au niveau national, global et continental, la plupart des pays de la région dont le Mali et le Niger ne se sont pas conformés à l'exigence d'un âge nuptial minimum de 18 ans. Même au Togo où la législation est conforme au droit international, il existe des poches de résistance significative aux changements. Des politiques et programmes sont élaborés par les pouvoirs publics en l'occurrence pour lutter contre ces pratiques, cependant selon les évaluations menées ils ne sont pas souvent renseignés par des données probantes. Et aussi les stratégies de recherche de solutions développées ne prennent en compte ni les filles ni les acteurs sociaux dont les chefs religieux et traditionnels. Dans ce contexte, il s'agira pour le WiLDAF/FeDDAF (Women in Law And Development in Africa / Femmes, Droit et Développement en Afrique) et ses
partenaires à travers une recherche-action-formation participative de produire des données probantes qui, dans un contexte hybride avec superposition de systèmes formels et non formels, seront utilisées pour élaborer des stratégies et outils efficaces en vue de l'autonomisation des filles et la transformation des gardiens des traditions en alliés stratégiques pour une prévention et une lutte efficaces contre les mariages précoces au Mali, au Niger et au Togo et globalement dans la région.

Projet nᵒ

108130

État du projet

Actif

Date de début

Wednesday, March 30, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Thioune, Ramata Aw

Financement total

CAD$ 1,096,500

Pays

Afrique, Burkina Faso, Sud du Sahara, Ghana, Mali, Niger, Sénégal, Togo

Chargé(e) de projet

Dr Dabri Kafui Adjamagbo-Johnson

Institution

WOMEN IN LAW AND DEVELOPMENT IN AFRICA/FEMMES, DROIT ET DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

Pays d' institution

Togo

Site internet

https://www.idrc.ca/fr/www.wilaf-ao-org