Lutte contre les zoonoses helminthiques et élimination de ces infections dans la sous-région du Grand Mékong

Ce projet mettra à contribution des données probantes en vue d'aider à lutter contre la schistosomiase et la distomatose hépatique et à éliminer ces infections dans la sous-région du Grand Mékong. Cette région économique est délimitée par le fleuve Mékong et s'étend sur 2,6 millions de kilomètres carrés. Elle comprend une population combinée de 326 millions de personnes vivant en Birmanie, au Cambodge, en Chine, au Laos, en Thaïlande et au Vietnam. Parasites et charge de morbidité dans la région du Mékong Les helminthes, parasites infectieux, constituent un problème de santé majeur qui touche tant les humains que les animaux dans la région. Les infections par des parasites du genre Schistosoma et la douve du foie peuvent entraîner des maladies graves, notamment l'anémie, un retard de croissance, la malnutrition, ainsi que le cancer du foie. Les parasites qui causent ces maladies ont des cycles de vie complexes. Ils se transmettent entre humains, animaux domestiques et espèces sauvages. Les sources d'eau contaminées, le manque d'installations sanitaires et les pratiques alimentaires risquées contribuent à leur propagation. S'attaquer au problème avant qu'il prenne de l'ampleur Bien que les autorités sanitaires soient parvenues à réduire le nombre total de cas (principalement grâce à l'administration massive de médicaments aux populations à risque), les infections parasitaires continuent de sévir fortement dans certaines collectivités. Cela est particulièrement vrai pour les personnes vivant dans des milieux pauvres et limités en ressources. Dans certaines régions du Laos, par exemple, la prévalence de la schistosomiase est supérieure à 50 p. 100. Les réservoirs de parasites menacent de se propager à d'autres collectivités jusqu'à présent exemptes de maladies, ce qui annulerait les progrès réalisés dans le domaine de la santé publique dans ces pays. Prévention des maladies parasitaires et lutte antiparasitaire Ce projet s'appuie sur les recherches effectuées dans le cadre de l'Initiative de recherche en écosanté sur les maladies infectieuses émergentes, qui ont permis aux chercheurs de définir et de cibler les facteurs environnementaux, socioculturels et agricoles de la transmission de parasites. Les chercheurs utiliseront des outils mathématiques et épidémiologiques avancés afin de mieux comprendre ces voies de transmission, c'est-à-dire la mesure dans laquelle elles contribuent à la transmission dans différents contextes socioéconomiques et démographiques, à l'échelle locale, nationale et régionale. Ils optimiseront alors les interventions visant à prévenir les parasites et à lutter contre eux, et feront en sorte qu'elles soient rentables et réalisables dans des milieux où les ressources sont limitées. L'équipe travaillera avec des acteurs nationaux et internationaux pour susciter des investissements dans le contrôle et l'élimination des maladies vermineuses, et pour faire profiter l'ensemble de l'Asie du Sud-Est de ces résultats de la recherche.

Projet nᵒ

108100

État du projet

Actif

Date de début

Tuesday, March 1, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Leung, Zee

Financement total

CAD$ 399,700

Pays

Asie

Chargé(e) de projet

Xiao-Nong Zhou, PhD

Institution

National Insitute of Parasitic Diseases, Chinese Center for Disease Control and Prevention

Pays d' institution

Chine