Les femmes et la transition au marché du travail en Afrique subsaharienne

Quels sont les facteurs qui limitent l'aptitude des femmes à acquérir leur autonomie financière dès leur jeune âge en Afrique ? Ce projet examinera les facteurs qui influent sur la transition des jeunes femmes des études au marché du travail, la façon dont elles choisissent leur premier emploi, ce qui détermine le moment auquel elles quittent les études à temps plein, et les incidences du premier emploi et de la maternité sur les emplois qu'elles occuperont par la suite. Les recherches seront effectuées dans six pays : le Burkina Faso, l'Éthiopie, le Ghana, le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda.

Parmi les principales stratégies visant à accroître l'autonomisation économique des femmes dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire, mentionnons un meilleur accès des femmes à des emplois à temps complet rémunérés et productifs, et l'amélioration de leur accès à l'éducation. Les gouvernements sont fermement résolus à s'attaquer à la fois au chômage chez les jeunes et à l'inégalité entre les sexes en éducation.

Toutefois, on manque de données probantes sur les facteurs qui sous-tendent les défis que doivent relever les jeunes filles. De plus, rares sont les recherches sur les conséquences, s'il en existe, d'une expérience du marché du travail et de la fertilité en bas âge sur leurs perspectives économiques tout au long de leur vie. Ce projet vise à combler cette lacune.

Cette recherche jouit de l'appui du programme Croissance de l'économie et débouchés économiques des femmes (programme CEDEF). Ce programme est un partenariat quinquennal concerté réunissant le Department for International Development du Royaume-Uni, la William and Flora Hewlett Foundation et le CRDI.

Axé sur les pays à faible revenu de l'Afrique subsaharienne et de l'Asie du Sud, le programme CEDEF soutient des politiques et des interventions qui améliorent les moyens de subsistance des femmes et contribuent au bien-être de la société. Un des volets du programme appuiera 11 projets qui s'attaqueront aux obstacles à l'autonomisation économique des femmes ainsi qu'aux inégalités entre les sexes en matière de rémunération et de productivité. Le présent projet, choisi à la suite d'un appel à propositions concurrentiel, en fait partie.

L'équipe du projet entretiendra des relations étroites et une interaction régulière avec des parties intéressées dans chacun des pays afin d'accroître la sensibilisation et l'adhésion, et d'alimenter les discussions sur les politiques. Les constatations qui émaneront du projet tomberont à point nommé étant donné l'intérêt accru manifesté à l'égard de la question de l'emploi des jeunes partout en Afrique subsaharienne et ailleurs.

Les travaux viseront :
-à mettre en relief les facteurs qui exercent une influence sur les décisions des jeunes femmes relatives à leur première activité économique à temps plein;
-à cerner les facteurs qui influent sur la maternité chez les jeunes femmes;
-à examiner la mesure dans laquelle le fait de travailler quand on est une enfant affecte la transition de l'école au travail;
-à préciser les conséquences que peuvent avoir sur l'emploi, plus tard dans la vie, une expérience du marché du travail et de la fertilité en bas âge;
-à établir une solide relation avec des parties intéressées à l'échelle nationale et internationale pour garantir l'utilisation des résultats.

L'Université du Sussex et l'Université de Nairobi coordonneront le projet.

Projet nᵒ

107807

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Martha Melesse

Financement total

CAD$ 777,600

Chargé(e) de projet

Andy McKay

Institution

University of Sussex

Pays d' institution

United Kingdom

Site internet

http://www.sussex.ac.uk