Les agriculteurs de l'Afrique de l'Ouest augmentent les rendements et les profits, avec moins d'engrais

Une approche plus écologique et plus productive

De façon générale, les femmes pauvres qui vivent en milieu rural dans les pays d'Afrique de l'Ouest utilisent les légumes indigènes chargés de vitamines et de minéraux essentiels pour complémenter l'alimentation de leur famille. Toutefois, la mauvaise fertilité des sols, la dégradation des terres et la rareté de l'eau ont concouru à donner de faibles rendements et une piètre qualité. La découverte de moyens d'accroître la production et la consommation de légumes sous-utilisés, mais très nutritifs, pourrait permettre de faire un grand pas en avant pour améliorer les moyens de subsistance dans la région.

Plus de cinq années d'études en laboratoire et d'essais sur le terrain ont abouti à des solutions adaptées aux besoins des agriculteurs et abordables. Au Bénin, les techniques de microdosage, qui utilisent moins d'engrais que les techniques traditionnelles, et de collecte des eaux de pluie ont permis à plus de 10 000 agriculteurs d'obtenir des résultats tout aussi positifs avec d'autres cultures, malgré la dégradation des sols. Au Nigeria, plus de 1 000 agriculteurs ont amélioré leurs rendements et doublé leurs revenus en utilisant des pratiques agricoles améliorées.

Consolidation des liens avec l'industrie

Les chercheurs s'emploient désormais à combiner ces innovations pour offrir des pratiques améliorées aux agriculteurs au moyen d'essais de démonstration, d'initiatives de sensibilisation, de mesures de soutien, et de formation à l'intention des semenciers et des vendeurs. Ils aideront également à mettre sur pied des comités locaux qui se pencheront sur la productivité, la mise en marché et la transformation. Au moins 20 partenaires du secteur privé et organismes gouvernementaux travailleront avec les collectivités pour créer des petites et moyennes entreprises de production de légumes et d'engrais. Des liens plus solides seront également établis entre le secteur privé, les coopératives dirigées par des femmes et les jeunes entrepreneurs.

Le projet soutient le programme de transformation de l'agriculture du Nigeria et le programme national de la sécurité alimentaire du Bénin.

Les résultats attendus

  • Mettre des pratiques agricoles améliorées à la disposition de plus de 250 000 agriculteurs, dont 60 % sont des femmes
  • Doubler les revenus d'au moins un million d'agriculteurs tout au long des chaînes de valeur propres à la production de légumes
  • Doubler la production de légumes indigènes
  • Créer et enregistrer au moins 51 coopératives féminines de vente de légumes et 20 coopératives de semenciers
  • Établir et soutenir des groupes de jeunes dans dix écoles secondaires par district pour contribuer au développement de commerces de légumes rentables
  • Accroître la consommation domestique de légumes indigènes parmi les familles participantes, d'au moins 40 %
  • Mettre au point de nouveaux produits comme des biscuits, des feuilles séchées et des conserves pour ajouter de la valeur aux légumes dans la chaîne alimentaire

Projet nᵒ

107983

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Sanginga Pascal

Financement total

CAD$ 5,000,000

Pays

Afrique