Jeunes, pauvreté et utilisation des TIC - nouvelles sphères publiques démocratiques

Le Brésil est l'un des pays du monde où l'on observe le plus de violence envers les jeunes. Les jeunes des quartiers pauvres et violents de Rio de Janeiro ont néanmoins recours aux nouvelles technologies pour se faire entendre.

Le Brésil connaît un succès économique sans précédent, surpassant même, cette année, la Grande-Bretagne à titre de sixième puissance économique mondiale. Or, le pays affiche le quatrième plus haut taux de violence chez les jeunes dans le monde, et les homicides demeurent la principale cause de décès chez les jeunes adultes. Les jeunes des favelas (quartiers défavorisés) de Rio de Janeiro sont particulièrement exposés à la violence, que l'on attribue au large fossé entre les riches et les pauvres et qui contribue à creuser celui-ci davantage. Le lien entre la violence et le trafic de stupéfiants, exacerbé par les reportages et les politiques gouvernementales, a fait en sorte de reléguer encore plus ces jeunes en marge du débat public.

Malgré ces obstacles, les jeunes vivant dans ces quartiers marqués par la violence trouvent de nouvelles façons de participer à la démocratie et renforcent leur résilience à la violence grâce aux technologies de l'information et de la communication (TIC). Les TIC peuvent englober les réseaux sociaux (comme Facebook et Twitter), les communautés virtuelles (comme Idealist et TakingITGlobal) et les plateformes de diffusion de contenu multimédia (comme YouTube, MySpace et Youth Media Exchange Project).

Ce projet servira à documenter la manière dont les jeunes vulnérables des favelas de Rio de Janeiro font usage des TIC pour expérimenter de nouvelles formes de participation et d'activisme politiques. Une équipe de chercheurs de l'endroit préparera des études de cas afin d'examiner le rôle que jouent ces nouvelles technologies dans la définition (ou la redéfinition), l'amélioration et la transformation des modes de participation des jeunes à la politique et à l'activisme social dans les quartiers marginalisés de Rio.

Ce projet s'intéressera aux différents TIC qu'utilisent les jeunes et à la façon dont ils s'en servent pour s'exprimer sur le plan politique. Il examinera également comment les politiciens réagissent à ce cybermilitantisme afin de déterminer non seulement leur attitude à cet égard, mais également l'efficacité des TIC en tant qu'instrument politique. Les chercheurs se pencheront plus particulièrement sur les aspects sexospécifiques du cybermilitantisme et consigneront les différences de comportement observées chez les jeunes hommes et les jeunes femmes qui pourraient avoir des répercussions sur ce mode de participation politique ou qui en découlent.

Les études de cas réalisées dans le cadre du projet aideront à mieux comprendre l'importance que revêtent les TIC pour les populations marginalisées, les jeunes en particulier, comme moyen d'expression de leurs opinions politiques. Le projet vise en outre à sensibiliser davantage les jeunes au fait qu'il leur est possible de se mobiliser en vue d'exercer leurs droits et d'améliorer leur qualité de vie. Enfin, il a pour objet d'influer sur l'idée que les autorités gouvernementales et les responsables des politiques se font des jeunes défavorisés et sur la façon dont ils échangent avec eux.

Projet nᵒ

106897

État du projet

Terminé

Date de début

Wednesday, January 18, 2012

Date butoir

Thursday, July 18, 2013

Durée

18 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Ceballos, Florencio

Financement total

CAD$ 117,300

Pays

Brésil

Chargé(e) de projet

Itamar Silva (replacing Patricia Lanes, Amend. 1)

Institution

Institut brésilien d'analyses sociales et économiques

Site internet

http://www.ibase.br