Incidences des programmes d’acquisition de compétences sur les possibilités économiques des femmes au Pakistan

Ce projet permettra d’étudier l’impact que les programmes d’acquisition de compétences qu’offre le Punjab Skills Development Fund (PSDF) ont sur les Pakistanaises. Une initiative du Department for International Development (DFID), du Royaume-Uni, et du gouvernement du Pendjab, le PSDF soutient des activités d’acquisition de compétences et de formation professionnelle destinées aux hommes et aux femmes habitant dans les quatre districts les plus pauvres de l’État du Pendjab. La recherche examinera l’efficacité du PSDF au regard de l’amélioration des moyens de subsistance des femmes tout en se penchant sur les facteurs susceptibles de limiter la participation des femmes et leurs débouchés économiques.

Le défi

Les régions rurales du Pakistan accusent les inégalités entre les sexes parmi les plus importantes au monde en matière d’éducation et d’emploi. Il est difficile pour les femmes d’avoir accès à une éducation de qualité et elles se trouvent, par conséquent, mal préparées pour affronter la concurrence sur le marché du travail. Cette situation a une incidence non seulement sur leurs moyens de subsistance, mais également sur la croissance économique du pays. On estime que les inégalités entre les sexes au chapitre de l’éducation occasionnent au Pakistan un recul de la croissance du PIB annuelle par habitant de 1,3 %. 

Afin de remédier à ces problèmes, le gouvernement du Pendjab a conçu des programmes d’acquisition de compétences à l’intention des femmes, en partenariat avec le DFID. C’est un pas dans la bonne direction pour aider les femmes à réaliser leur autonomisation économique. Toutefois, une étude antérieure menée au Pendjab révèle que les femmes ne sont pas toujours en mesure de participer à ces programmes ou d’en tirer profit. Selon cette étude, un grand nombre de femmes souhaitent y prendre part, mais des contraintes telles que l’absence de moyens de transport fiables et sécuritaires et des normes sociales restrictives les en empêchent. 

On en sait trop peu sur les obstacles les plus importants à la participation des femmes aux programmes d’acquisition de compétences, sur les interventions et les politiques susceptibles de réduire ces obstacles et sur la façon dont cette formation aide les femmes à progresser sur le plan économique. Le projet entend combler ces lacunes et éclairer la conception et le passage à grande échelle d’interventions efficaces permettant de corriger les inégalités entre les sexes.

La recherche

Au moyen de méthodes diverses, les chercheurs établiront les facteurs qui empêchent le plus les femmes de participer aux programmes d’acquisition de compétences et en quoi cette formation peut leur procurer des avantages rentables. Ils recueilleront des données quantitatives à l’aide d’un essai comparatif sur échantillon aléatoire afin de déterminer les interventions qui réussiraient le mieux à faire augmenter le nombre d’inscriptions. Dans les districts du sud du Pendjab, ils mettront à l’essai différentes interventions en vue d’éliminer les obstacles qui entravent l’accès aux programmes, notamment :

  • la distance à parcourir pour se rendre aux centres de formation; 
  • l’absence de moyens de transport fiables et sécuritaires; 
  • le manque d’information au sujet des cours de formation et de leur incidence sur le revenu des femmes;
  • les contraintes financières liées au fait de renoncer à un travail (rémunéré ou non) afin d’assister à la formation;
  • les normes sociales faisant en sorte que les hommes empêchent les femmes d’assister aux cours.

Les chercheurs ayant des connaissances en analyse sexospécifique collecteront des données qualitatives sur chacune des contraintes au moyen de groupes de discussion. Les données permettront de comprendre plus à fond les coûts autres que financiers associés à la participation des femmes aux programmes d’acquisition de compétences, entre autres, le temps accru passé loin de leur famille. Le recours à plusieurs méthodes d’analyse aidera à cerner les voies par lesquelles les divers obstacles agissent, ainsi que les stratégies les plus susceptibles d’améliorer l’accès des femmes à la formation. 

Résultats attendus

On s’attend à ce que les données probantes produites dans le cadre du projet guident la mise en oeuvre d’interventions rentables qui optimisent les avantages que les programmes d’acquisition de compétences procurent aux femmes et réduisent les obstacles à leur autonomisation économique. Les constatations émanant des travaux éclaireront les débats sur les politiques qui ont cours à l’échelle nationale et internationale et contribueront au passage à grande échelle d’interventions permettant de réduire les obstacles qui empêchent les femmes de participer à l’économie.

Le projet donnera lieu à la production de plusieurs documents de recherche en vue de publication dans des revues à comité de lecture, à deux documents sur la conception de programmes de formation professionnelle et, de manière plus générale, de services d’appui à l’intention des femmes, ainsi qu’à la production de notes d’analyse à l’intention d’intervenants pertinents. Les chercheurs présenteront les constatations émanant de leurs travaux dans des tribunes savantes et des tribunes de la sphère des politiques, aussi bien nationales qu’internationales. Ils organiseront également, au Pakistan, des dialogues sur les politiques qui permettront aux intervenants d’examiner les données probantes et de collaborer à l’élaboration de solutions efficaces. 

Projet nᵒ

107809

État du projet

Actif

Date de début

Sunday, February 1, 2015

Date butoir

Saturday, September 2, 2017

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Ahmed Madiha

Financement total

CAD$ 904,600

Pays

Pakistan

Coresponsable de projet

Dr Ali Cheema

Institution

Harvard College

Pays d' institution

United States

Site internet

http://osp.fad.harvard.edu