Femmes et représentation au Pakistan : voix d'en bas et voix d'en haut

L'initiative Gouvernance démocratique, droits des femmes et égalité entre les sexes du CRDI appuie un ensemble de recherches comparatives visant à déterminer si les institutions de démocratie et de gouvernance tiennent compte des droits des femmes et de l'égalité entre les sexes et, le cas échéant, de quelles façons. Les projets réalisés en vertu de cette initiative porteront sur les questions et les difficultés entourant la participation des femmes aux décisions politiques, à l'appareil judiciaire et au secteur public, et exploreront les moyens d'exercer une influence sur les institutions étatiques, les partis politiques, la société civile et les organisations sociales fondées sur la famille pour faire progresser les choix et les droits des femmes à titre de citoyennes, notamment en accroissant leur représentation.

Les indicateurs de développement humain et de développement des femmes au Pakistan sont parmi les plus faibles de la planète. La vulnérabilité des femmes se manifeste au foyer, dans la société, dans les lois et dans la justice traditionnelle. Néanmoins, les femmes opposent une résistance depuis le début des années 1950, exigeant des droits égaux en vertu de la constitution, devant la loi et dans la sphère publique, ainsi qu'une interprétation libérale de l'islam dans le droit familial. Les femmes ont constamment lutté pour la représentation à tous les échelons décisionnels, étant donné qu'elles sont le mieux placées pour comprendre et représenter leurs intérêts. C'est là où le mouvement féministe a connu le plus de succès. Non seulement le Pakistan a-t-il eu une femme comme premier ministre (élue deux fois), mais le pays a élu ou nommé des ministres, députés, gouverneurs, ambassadeurs et leaders de mouvements sociaux de sexe féminin. Cependant, ces progrès semblent avoir eu bien peu d'incidence pour ce qui est de refléter les aspirations des femmes qui se trouvent aux échelons inférieurs de la société. La voix de la majorité des femmes ne se fait pas encore entendre au sein de la structure du pouvoir.

Dans le cadre du projet, on cherchera à comprendre cette anomalie en examinant les modalités du concept de sièges réservés aux femmes (action positive et quotas) et le raisonnement sous-jacent. Les chercheurs se demanderont si les candidates retenues par les partis politiques pour satisfaire aux quotas représentent les femmes en général ou la formation politique à laquelle elles sont affiliées. Des travaux d'envergure seront menés sur le terrain à Islamabad, dans les capitales des provinces, dans l'Azad-Cachemire et dans le Gilgit-Baltistan. Il s'agit de savoir si l'action positive et les quotas légitiment ou non les aspirations des femmes et exposent clairement les intérêts des femmes en tant que base politique.

Projet nᵒ

106466

État du projet

Terminé

Date de début

Tuesday, February 1, 2011

Date butoir

Monday, June 3, 2013

Durée

24 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Singh, Navsharan

Financement total

CAD$ 125,700

Pays

Pakistan

Chargé(e) de projet

Dr. Nighat Said Khan

Institution

Applied Socio Economic Research (ASR)

Site internet

http://www.asriwsl.com