Exploiter l’économie de partage dans les pays en développement

Les plateformes numériques de marché telles qu’AirBnB et Uber, parfois appelées plateforme d’économie de partage, font partie intégrante de l’économie numérique actuelle. L’économie de partage repose sur des applications et des plateformes qui permettent à des personnes d’échanger, avec ou sans frais, des biens et des services. Les défenseurs de l’économie de partage attestent de son énorme potentiel économique dans des secteurs tels que le tourisme, l’hébergement, le transport, la prestation de services et les finances. Price Waterhouse Coopers estime que l’économie de partage atteindra une valeur de 125 milliards USD d’ici dix ans. Ces modèles auront une grande incidence sur le marché du travail, la durabilité environnementale et les habitudes de consommation partout dans le monde.

L’économie de partage gagne du terrain dans les pays en développement pour différentes raisons.
L’urbanisation galopante est en phase avec la croissance de la numérisation, l’adoption des technologies et l’augmentation constante de l’utilisation des réseaux sociaux. La plupart des applications d’économie de partage fonctionnent sur des téléphones mobiles, dont l’usage ne cesse de progresser dans les pays en développement. Les régions largement urbanisées dans les pays en développement, qui connaissent des difficultés liées au transport, aux changements climatiques et au logement, sont vues comme des marchés d’avant poste pour les entreprises de l’économie de partage. Bien que l’économie de partage soit pertinente pour les nouvelles économies, sa taille, sa composition et ses effets généraux sont méconnus, car la plupart des études en la matière ont porté sur l’Amérique du Nord et l’Europe.

Ce projet appuiera cinq études de cas approfondies sur les effets de l’économie de partage dans les pays en développement. Ces études seront choisies au moyen d’un appel à propositions ouvert. Elles examineront les effets des modèles de consommation collaboratifs sur les gains économiques, le marché du travail, les industries, l’utilisation des ressources environnementales et le surplus du consommateur. Outre le renforcement des capacités des chercheurs de pays du Sud, le projet vise à aider les responsables des politiques à réglementer ce nouveau secteur afin de concilier les intérêts économiques, les préoccupations liées à la sécurité et les engagements envers un développement durable et équitable pour les citoyens.

Projet nᵒ

108344

État du projet

Actif

Durée

18 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Fernando Perini

Financement total

CAD$ 450,000

Pays

Afrique, Asie, Amérique latine

Chargé(e) de projet

Gabriel Lanfranchi

Institution

Fundación Centro de Implementación de Políticas Públicas para la Equidad y el Crecimiento

Pays d' institution

Argentina

Site internet

http://www.cippec.org