Exploitation du savoir autochtone afin de créer des emplois pour les femmes dans les régions rurales de la Tanzanie et du Rwanda

Ce projet traite de l'important problème de développement que représente l'utilisation des terres en Indonésie, en Birmanie (Myanmar) et en Inde. Il permettra d'obtenir des connaissances et une stratégie d'intervention fondée sur des données probantes pour aider les habitants à acquérir une plus grande sécurité à l'égard des terres et des ressources naturelles dont dépendent leurs moyens de subsistance et leur survie.

Les projets industriels et l'agriculture à grande échelle
Depuis les années 1990, des gouvernements successifs d'économies en essor de l'Asie ont favorisé l'expansion des activités commerciales et industrielles comme moteurs déterminants de la stabilité et de la croissance économiques. Cet accent a mené à la transformation des paysages ruraux et périurbains par les projets industriels, l'infrastructure et l'agriculture à grande échelle.

Pour les habitants qui dépendent des terres, ces transformations ont eu de graves incidences sur le plan social et écologique :
- un déplacement physique et une dépossession directs;
- la perte de moyens de subsistance;
- la pollution ou la détérioration des terres.

Les droits juridiques ne sont toujours pas protégés
Il existe très peu de recours facilement accessibles pour atténuer les incidences du changement en matière d'utilisation des terres. Des règlements sont en place pour minimiser et atténuer les dommages, mais la mise en oeuvre laisse à désirer. La non-conformité aux règlements est répandue. Les organismes administratifs ne réussissent pas à répondre aux besoins des collectivités locales et à les intégrer dans la conception de cadres stratégiques ou juridiques.

Les lois aussi ne sont pas efficaces. Elles servent à menacer, mais non à offrir aux habitants un mécanisme qui leur permet d'exercer leurs droits fondamentaux. Les avocats sont coûteux et se concentrent souvent sur la voie formelle des tribunaux, ce qui n'est pas pratique pour la plupart des gens.

La Commission des Nations unies pour la démarginalisation estime que quatre milliards de personnes ne peuvent pas exercer leurs droits juridiques à cause des coûts, du dysfonctionnement, de la corruption ou de l'abus de pouvoir. Il existe un besoin reconnu en institutions intermédiaires, comme les médias, les partis politiques et les syndicats, pour aider les citoyens à exercer leurs droits.

Les techniciens juristes comme solution
Les techniciens juristes communautaires offrent aussi une solution efficace. Ils attirent de plus en plus l'attention des organisations nationales, dont la Commission des Nations unies pour la démarginalisation, car ils sont efficaces par rapport au coût, sont souples et sont capables de gérer des systèmes juridiques pluriels. Ils se distinguent particulièrement pour l'efficacité avec laquelle ils règlent les différends entourant les droits fonciers dans de nombreux pays, dont plusieurs en Afrique.

Ce projet permettra de cartographier les changements en matière d'utilisation des terres en Indonésie, en Birmanie et en Inde. Les chercheurs étudieront comment les techniciens juristes communautaires peuvent :
- recueillir des données rigoureuses sur les incidences des changements en matière d'utilisation des terres;
- transposer les incidences en preuves pouvant donner lieu à des actions en justice;
- aider les collectivités touchées à rechercher des recours par l'intermédiaire des institutions administratives et juridiques officielles les plus près de la source des incidences.

L'équipe de projet aura recours à la recherche adaptée au contexte local, qui fait ressortir des solutions adéquates pour réduire les effets défavorables sur les collectivités du changement en matière d'utilisation des terres. La recherche contribuera à un avancement du savoir, éclairera les politiques fondées sur des données probantes et permettra de recueillir des données pour promouvoir une gestion foncière responsable.

Projet nᵒ

107976

État du projet

Actif

Date de début

Friday, February 20, 2015

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Singh, Navsharan

Financement total

CAD$ 513,000

Pays

Inde, Indonésie, Birmanie

Chargé(e) de projet

Manju Menon

Institution

Namati, Inc.

Site internet

http://www.namati.org