Examen de l'incidence que commencent à avoir les données gouvernementales ouvertes dans les pays en développement

Permettre un accès libre à des données gouvernementales normalisées et faciles à consulter peut contribuer à la transparence et à la reddition de comptes. Ce mouvement des " données gouvernementales ouvertes " peut en outre stimuler la participation citoyenne et créer de nouvelles occasions d'affaires.

À l'échelle mondiale, les gouvernements ont publié environ un million d'ensembles de données sur Internet. Pour l'instant, seule une mince fraction provient des pays en développement, mais la situation évolue rapidement. Les citoyens du Brésil, du Népal et du Nigeria ont désormais accès à des données sur le budget gouvernemental, qu'ils peuvent utiliser pour détecter et combattre la corruption. En Amérique latine, en Afrique et en Asie, concepteurs et entrepreneurs peuvent créer des applications Web et mobiles utilisant des données gouvernementales sur l'éducation, la santé et la criminalité qui servent à favoriser des services publics locaux mieux organisés et plus efficaces.

Dans les pays développés, les données gouvernementales ouvertes confèrent des avantages sur le plan économique. Ainsi, la réutilisation des données du secteur public dans la zone euro a généré des retombées de 32 milliards d'euros en 2010. Selon une étude réalisée au Royaume-Uni, les retombées économiques des données gouvernementales ouvertes dans le pays s'élèvent à 6 milliards de livres sterling par année. Des études qualitatives montrent en outre que les données ouvertes contribuent à enrayer la corruption et à accroître la reddition de comptes. On en sait toutefois beaucoup moins sur l'incidence des données gouvernementales ouvertes dans les pays en développement.

Les données gouvernementales ouvertes pourraient accroître la reddition de comptes, l'efficacité et la transparence des gouvernements dans les pays en développement. Elles pourraient également créer de nouvelles possibilités économiques dans toutes les sphères de la société. Cependant, on dispose de peu de données rigoureuses sur leurs résultats et leur incidence au regard de ces objectifs de développement. Les entités qui financent et mettent en oeuvre des initiatives de données gouvernementales ouvertes ont besoin de connaître les meilleures pratiques émergentes et de mieux comprendre l'incidence variée des données ouvertes dans des contextes sociaux, économiques et culturels radicalement différents.

Ce projet contribuera à créer un réseau de recherche qui examinera les conséquences de la publication des données gouvernementales. Plus précisément, le réseau
- effectuera des recherches sur l'incidence que commencent à avoir les initiatives de données ouvertes;
- produira des constatations au sujet des politiques et des pratiques qui peuvent éclairer les débats à l'échelle locale et mondiale;
- renforcera, à l'échelle mondiale, la capacité des chercheurs d'examiner l'incidence que commencent à avoir les données ouvertes.

La World Wide Web Foundation administrera le réseau de recherche proposé. L'organisme prône et appuie une Toile ouverte, accessible et utile pour tous, en particulier dans les pays en développement. Le réseau comptera 18 partenaires situés en Amérique latine, en Afrique et en Asie; au moyen d'études de cas, ces derniers évalueront les initiatives existantes, les défis rencontrés et les incidences observées.

La recherche se concentrera sur des enjeux importants ainsi que sur de grandes lacunes dans les connaissances. Par exemple, certaines initiatives de données ouvertes peuvent avoir des effets indésirables en exacerbant les inégalités sociales et économiques. Elles peuvent favoriser les groupes nantis, qui sont mieux en mesure d'utiliser les données de manière à en tirer un avantage économique et politique. À titre d'exemple, les élites commerciales de Bangalore ont profité de la numérisation des registres fonciers pour repérer l'absence de titres et les erreurs de documentation afin de s'approprier des terres occupées par des collectivités pauvres.

Le projet mettra également au point des instruments de collecte de données qui aideront à déterminer si les données ouvertes changent la donne dans les pays en développement, et comment elles y parviennent. ll incitera les responsables des politiques à l'échelle locale et internationale à favoriser des pratiques rigoureuses fondées sur des données probantes dans ce nouveau domaine.

Projet nᵒ

107075

État du projet

Actif

Date de début

Friday, February 1, 2013

Durée

30 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Perini, Fernando

Financement total

CAD$ 1,977,100

Pays

Argentine, Brésil, Global, Inde, Kenya, Népal, Nigéria, Philippines, Afrique du Sud, Uruguay

Chargé(e) de projet

José M. Alonso

Institution

World Wide Web Foundation

Site internet

http://www.webfoundation.org