Évaluation de l’application par l’Afrique du Sud d’une taxe d’accise sur les boissons sucrées

Les maladies non transmissibles, qui contribuent de façon marquée à la charge de morbidité de l’Afrique du Sud sont largement causées par l’obésité et les maladies associées. La prévalence de l’obésité a augmenté de 30 % pendant la dernière décennie, tandis que la consommation d’aliments à haute teneur en énergie, et ultratransformés s’est accrue considérablement, les ventes de boissons sucrées ayant connu une hausse de plus de 50 %. Reconnaissant la gravité croissante de cette épidémie, le gouvernement a élaboré une stratégie de prévention de l’obésité qui comprend notamment l’application annoncée récemment d’une taxe d’accise sur les boissons sucrées.

Même s’il semble de plus en plus établi que ce type de taxe contribue efficacement à réduire la consommation dans les pays développés, les intervenants visés ont fait valoir que la taxe en question n’aurait aucune efficacité et qu’elle impose un fardeau indu aux entreprises sud-africaines. La surveillance de son effet sur la consommation et la preuve que son incidence est mesurable sont les facteurs susceptibles de déterminer si cette taxe visant à obtenir des gains optimaux en matière de santé sera mise en oeuvre de façon effective et continue.

Le projet consistera à effectuer une évaluation globale des effets de cette nouvelle politique en Afrique du Sud. Il comportera quatre volets qui serviront à documenter et à étudier le contexte socioéconomique justifiant l’application d’une taxe sur les boissons sucrées et d’entreprendre d’autres initiatives de prévention de l’obésité; la réaction des consommateurs face à la taxe; la réaction des producteurs face à cette même taxe; ainsi que les impacts sur la protection de la santé et les risques financiers liés à la taxe selon divers niveaux de revenu.

Le projet consistera en une initiative multidisciplinaire comprenant des méthodes tant quantitatives que qualitatives, comme les études économétriques, les sondages et les entrevues en profondeur. Il produira des connaissances pertinentes pour de nombreux secteurs du gouvernement et de la société. Il contribuera à constituer la nouvelle base de connaissances sur l’efficacité des politiques fiscales pour la prévention des maladies non transmissibles dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Projet nᵒ

108424

État du projet

Actif

Date de début

Tuesday, October 4, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Natacha Lecours

Financement total

CAD$ 1,022,900

Chargé(e) de projet

Karen Hofman

Chargé(e) de projet

Karen Hofman

Institution

Wits Health Consortium (Proprietary) Ltd.

Pays d' institution

South Africa

Site internet

http://www.whc.co.za