Évaluation de la légitimité du secteur de la sécurité au Timor-Leste

Au Timor-Leste, l'édification de l'État a progressé sur plusieurs plans. Le pays est maintenant stable, mais le secteur de la sécurité éprouve encore de problèmes qui appellent un examen. Ce projet de recherche appliquée évaluera la légitimité des militaires et de la police aux yeux de divers groupes de Timorais et formulera des recommandations en matière de politiques portant sur des réformes.

Après être devenu indépendant de l'Indonésie en 2002, le pays a reçu, durant des années, de l'aide internationale pour mettre en place de nouvelles institutions, notamment dans le secteur de la sécurité. Aujourd'hui, certaines tensions perdurent, de même que des problèmes institutionnels au sein des forces armées et des services de police. Qui plus est, leurs mandats sont mal définis.

La légitimité de ces institutions est liée au rôle des anciens résistants qui s'y trouvent et à leur place au sein de la société timoraise.

Ce projet permettra d'acquérir des connaissances au sujet de la légitimité institutionnelle après un conflit. Les chercheurs iront au-delà des efforts actuellement déployés pour suivre le rendement du secteur de la sécurité. Ils examineront les facteurs qui influent sur la légitimité des forces armées et des services policiers, en portant une attention particulière aux politiques relatives aux anciens combattants, y compris un régime de prestations en espèces pour ceux qui ont combattu pour la résistance.

L'équipe de recherche recensera les écrits afin d'élaborer un cadre analytique. Elle utilisera ensuite des méthodes quantitatives et qualitatives pour cerner les facteurs qui influent sur les opinions relatives aux forces armées et aux services policiers dans divers segments de la société timoraise. On obtiendra ainsi une étude diagnostique de la légitimité des institutions de la sécurité. Faisant fond sur leurs constatations, les chercheurs formuleront des recommandations portant sur la réforme des forces armées et des services policiers et sur la modification des politiques relatives aux anciens combattants.

Les chercheurs présenteront leurs constatations en anglais et en tetun lors de tables rondes d'information à l'intention des décideurs. Ils communiqueront leurs résultats aux collectivités qui participent à la recherche ainsi qu'au G7+ et aux bailleurs de fonds qui ont contribué à l'édification de l'État du Timor-Leste. Le G7+ est une association d'États fragiles et touchés par un conflit, dont le Timor-Leste est membre.

Belun, une organisation de la société civile timoraise, réalisera le projet avec son partenaire de longue date, l'Arnold A. Saltzman Institute of War and Peace Studies de l'Université Columbia. Ce partenariat appuiera le perfectionnement des compétences en recherche du personnel de Belun et renforcera les capacités de l'organisme à entreprendre des projets d'analyse plus complexes à l'avenir.

Le projet renforcera aussi les compétences en matière de leadership en recherche au Timor-Leste. Bien qu'il soit beaucoup question de ce pays dans les écrits universitaires et stratégiques sur l'édification de l'État, les Timorais n'ont réalisé qu'une faible part de ces recherches. Le projet aidera à corriger ce déséquilibre et sa méthodologie participative permettra de s'assurer que les propositions de réforme témoignent des attentes de la société à l'égard des forces armées et des services policiers au cours des années à venir.

Projet nᵒ

107765

État du projet

Actif

Date de début

Wednesday, September 17, 2014

Durée

30 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Singh, Navsharan

Financement total

CAD$ 601,100

Pays

Timor-Leste

Chargé(e) de projet

Luis da Costa Ximenes

Institution

Belun

Site internet

http://www.belun.tl/en