Entrepreneurs mobiles et croissance partagée en Afrique du Sud, au Mozambique et au Zimbabwe

Les entrepreneurs migrants représentent une force appréciable au sein du secteur non structuré en Afrique australe; or, leur rôle demeure bien souvent invisible aux yeux des responsables des politiques et des chercheurs. Un nouveau projet de recherche sur l'apport de ces entrepreneurs migrants contribuera à faire en sorte que les politiques municipales, nationales et régionales en matière de migration, de développement et d'urbanisme leur accordent une place plus importante. Compte tenu du faible taux d'emplois dans le secteur structuré, une réalité quasi généralisée en Afrique australe, le secteur non structuré est devenu une source essentielle de revenus pour les ménages pauvres des zones urbaines, qui en tirent leur subsistance. Bien que les migrants vers les villes de cette région et en provenance de celles-ci jouent un rôle déterminant au sein du secteur non structuré, les chercheurs et les responsables des politiques ne prennent, en général, pas conscience de leur importance et la sous-estiment.

Ce projet a donc pour but d'étudier et de faire connaître le rôle caché des travailleurs migrants dans le secteur non structuré de quatre villes d'Afrique australe, à savoir Le Cap et Johannesburg en Afrique du Sud, Maputo au Mozambique et Harare au Zimbabwe. Il vise à constituer un nouvel ensemble de connaissances sur les entrepreneurs migrants du secteur non structuré qui est susceptible d'entraîner des changements positifs dans le milieu souvent hostile au sein duquel ceux-ci exercent leurs activités. La recherche intégrera en outre une analyse sexospécifique. Dans une plus large mesure, le projet cherche à renforcer les capacités de recherche et de réseautage, à réaliser les objectifs de croissance économique et de réduction de la pauvreté des gouvernements des États membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et à influer sur la mise en application de politiques ayant une incidence sur la migration, le développement et la gestion urbaine. La mise en oeuvre du projet a été confiée à un nouveau partenariat canado-africain formé du Southern African Migration Program (un réseau de partenaires du Canada et de l'Afrique) et de l'African Centre for Cities de l'Université du Cap. Jusqu'à huit étudiants à la maîtrise de l'Afrique et trois du Canada suivront une formation dans le cadre de ce projet. Contribuer à la prospérité des entrepreneurs migrants et à la réalisation de leur plein potentiel favorise grandement la croissance partagée dans la région.

Au nombre des incidences attendues figurent des constatations venant alimenter les processus d'élaboration des politiques à l'échelle municipale (grâce à des ateliers organisés au Cap, à Johannesburg, à Harare et à Maputo), nationale et régionale (par le truchement du Migration Dialogue for Southern Africa). On s'attend également à ce que la recherche permette de renforcer les capacités des chercheurs et des hauts fonctionnaires africains vis-à-vis du secteur non structuré et de l'urbanisation, ainsi que de cerner les obstacles à la croissance des entreprises appartenant à des entrepreneurs migrants.

Projet nᵒ

106804

État du projet

Terminé

Date de début

Monday, August 13, 2012

Date butoir

Thursday, April 30, 2015

Durée

24 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Okwi, Paul

Financement total

CAD$ 861,500

Pays

Afrique du sud

Chargé(e) de projet

Dr Jonathan Crush

Institution

Queen's University at Kingston

Site internet

http://www.queensu.ca/ors

Chargé(e) de projet

Prof. Jonathan Crush

Coresponsable de projet

Dr Edgar Pieterse

Institution

University of Cape Town

Site internet

http://www.uct.ac.za