Emplois aux frontières : Quelles politiques peuvent-elles favoriser l'égalité des sexes et la croissance dans les zones économiques de l'ANASE?

La création de zones économiques frontalières constitue une importante stratégie d'industrialisation pour la Thaïlande et ouvre de nouvelles perspectives pour deux de ses pays voisins pauvres, le Cambodge et le Myanmar. Dans l'esprit de la communauté économique de l'ANASE (Association des Nations de l'Asie du Sud-Est), on désigne de plus en plus de zones frontalières à titre de zones économiques spéciales. Ces zones accueillent des industries à forte intensité de main-d'¿uvre, comme la production de vêtements, qui emploient surtout des jeunes migrantes. Mais parce que ces zones sont situées dans des régions frontalières, elles présentent à la fois des possibilités et des risques en créant un milieu de travail habilitant pour les femmes.

Ce projet examine comment l'emploi de migrantes dans les zones économiques spéciales peut contribuer à engendrer de meilleurs résultats économiques pour les femmes dans l'industrie du vêtement, en rapide évolution au sein de l'ANASE.

L'étude examine comment les migrantes, leur travail et leur vie dans les zones frontalières diffèrent de ceux des femmes des régions plus centrales. L'étude aura recours à la collecte de données tant quantitatives que qualitatives pour l'analyse comparative entre les sexes, abordant des questions telles que : Le développement frontalier crée-t-il davantage de possibilités d'emploi? Permet-il aux femmes d'entretenir des liens plus étroits avec leurs collectivités d'origine? Crée-t-il un espace où il y a peu ou pas de protection? Crée-t-il un espace où les femmes et les hommes peuvent se libérer des rôles sexospécifiques chez eux?

Le projet permettra de réaliser des entrevues avec environ 1 000 travailleuses dans plus de 20 usines, portant sur leur historique d'emploi, leur situation personnelle, leurs relations familiales, leur historique en matière de reproduction, leurs problèmes de santé, la garde des enfants et leurs conditions de travail en général. Suivront des entrevues en profondeur et des groupes de discussion visant à en apprendre davantage sur leur perception de leurs difficultés, leurs stratégies d'adaptation, leurs identités, leurs relations avec les autres et leurs perspectives d'avenir.

Les chercheurs communiqueront leurs constatations aux propriétaires d'usines de fabrication de vêtements et aux associations du secteur, aux fonctionnaires chargés du développement frontalier, à la société civile et à d'autres parties prenantes régionales afin d'amorcer une discussion sur les améliorations sensibles au genre à apporter aux politiques et aux pratiques. Les recherches seront réalisées principalement dans la ville thaïlandaise de Mae Sot (à la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande) et dans la ville cambodgienne de Bavet (à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande).

Le programme relatif au genre et au développement de l'Institut asiatique de technologie (IAT) dirigera la recherche, en collaboration avec le Mekong Migration Network, une organisation non gouvernementale régionale qui intervient en faveur du bien-être des travailleurs migrants. Le projet est cofinancé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), organisme canadien, et la Fondation Toyota du Japon.

Projet nᵒ

108161

État du projet

Actif

Date de début

Thursday, December 24, 2015

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Rodriguez, Mr. Edgard

Financement total

CAD$ 382,600

Pays

Cambodge, Birmanie, Thaïlande

Chargé(e) de projet

Kusakabe, Kyoko

Institution

Asian Institute of Technology

Site internet

http://www.ait.asia