Élaboration et essai pilote de modèles d’affaires pour obtenir des résultats à vaste échelle pour la transformation mécanisée des plantes fourragères

On retrouve en Afrique du Nord des écosystèmes marginaux, ainsi qu’une grande population rurale qui dépend sur des systèmes de cultures irriguées pour leur subsistance. Dans ces écosystèmes, la sécurité alimentaire est un défi constant, exacerbé par les changements climatiques et la variabilité du climat. La plupart des agriculteurs sont de petits exploitants qui font l’élevage de petits ruminants (du bétail, comme des moutons), qui sont considérés comme une source importante de revenus.

L’accès à des aliments pour animaux n’est pas toujours fiable en raison du faible potentiel de fourrage couplé à la dégradation des pâturages. Cette situation est exacerbée par la proportion élevée d’aliments (de 20 à 30 %) rejetée par les animaux en raison de leur comportement sélectif. En Tunisie, il arrive couramment que les enfants et les femmes hachent manuellement des cactus afin de les transformer en aliments pour les animaux. Il s’agit d’un travail long et laborieux. La coupe mécanisée des plantes fourragères et des cactus cultivés permettrait de mieux tirer parti de ces sources d’aliments en améliorant leur consommation par les animaux. La charge de travail et les corvées des enfants et des femmes s’en trouveraient également réduites.

Jusqu’à tout récemment, des machines de transformation étaient offertes sur le marché international, mais elles n’étaient pas abordables pour les petits exploitants. Toutefois, l’Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT) a conçu un petit hachoir électrique pour les cultures fourragères et les cactus. La machine a été fabriquée par une entreprise locale privée à un coût raisonnable. Les résultats des expériences en station ont révélé une augmentation de la production de viande et de lait par rapport aux pratiques alimentaires traditionnelles des agriculteurs.

Les modèles d’affaires permettant la fabrication et l’adoption de ces machines seront conçus, mis à l’essai et adaptés à grande échelle pour permettre à au moins 5 000 agriculteurs d’adopter cette technologie. Comme l’objectif général de ce projet est d’améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de petits exploitants dans des systèmes d’agriculture irriguée de régions arides et semi­arides en améliorant la productivité du bétail, on s’attend à ce que ses résultats soient pertinents aux deux pays voisins, c’est­à­dire l’Algérie et le Maroc.

Projet nᵒ

108366

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Marwan Owaygen

Financement total

CAD$ 740,000

Pays

Tunisie

Chargé(e) de projet

Hichem Ben Salem

Institution

Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie

Pays d' institution

Tunisia

Site internet

http://www.inrat.agrinet.tn