Des institutions au service de villes sûres et inclusives au Venezuela

Caracas, au Venezuela, est l'une des villes les plus violentes au monde; il s'y commet 122 homicides par tranche de 100 000 habitants. Selon les experts en violence urbaine, les inégalités sociales et la disparité des revenus sont étroitement liées à l'ampleur de la violence, mais cette théorie ne tient pas dans le cas présent. En fait, c'est au Venezuela que les inégalités de revenu sont les moins prononcées en Amérique latine. Comment expliquer cela ? Pourquoi Caracas fait-elle exception à la règle, comme le Venezuela de façon générale ? Qu'est-ce que cela signifie pour les responsables des politiques et les praticiens qui s'efforcent de réduire la violence, les inégalités et la pauvreté d'une manière intégrée ?

Le présent projet vise à répondre à ces questions. Les chercheurs testeront l'hypothèse voulant que les institutions jouent un rôle médiateur important entre la pauvreté, les inégalités et la violence; ils examineront à cette fin en quoi les institutions provoquent, perpétuent ou réduisent ces facteurs dans des villes du Venezuela. En se fondant sur des études concernant le capital social, la cohésion sociale, la culture citoyenne et la primauté du droit, ils s'attacheront à expliquer l'augmentation de la violence, de la pauvreté et des inégalités que l'on observe à Caracas et dans d'autres villes du pays.

Les chercheurs mèneront des entrevues qualitatives approfondies et tiendront des réunions de groupes de discussion dans plusieurs centres urbains, y compris des établissements spontanés ou bidonvilles. Participeront aux travaux des dirigeants communautaires, des jeunes, des représentants des autorités publiques tels que des agents de police ainsi que de simples particuliers, hommes et femmes. L'équipe de recherche effectuera une enquête nationale auprès des ménages. Elle exécutera une analyse quantitative des sources secondaires reposant sur des documents officiels et sur d'autres données d'enquêtes disponibles. Elle se penchera en outre sur les tendances que l'on constate dans des villes tout aussi violentes du Brésil, de Colombie et du Salvador.

Elle formulera enfin des recommandations en vue d'accroître l'efficacité des politiques institutionnelles destinées à réduire la pauvreté, les inégalités et la ségrégation urbaine, et donc à rendre les villes plus sûres et plus inclusives.

Ce projet s'inscrit dans l'initiative Villes sûres et inclusives, qui vise à constituer une assise de données probantes sur les liens entre la violence, la pauvreté et les inégalités en milieu urbain. Financée conjointement par le CRDI et le DFID, cette initiative cherche à cerner les stratégies les plus efficaces pour contrer ces phénomènes en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Projet nᵒ

107370

État du projet

Actif

Date de début

Friday, December 21, 2012

Durée

32 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Markus Gottsbacher

Financement total

CAD$ 579,400

Pays

Venezuela

Chargé(e) de projet

Roberto Briceño-León

Institution

Instituto de Investigacion LACSO

Pays d' institution

Venezuela

Site internet

http://www.lacso.org.ve