Des institutions au service de villes sûres et inclusives au Venezuela

Axe de recherche

Caracas, au Venezuela, est l’une des villes les plus violentes au monde; or, les inégalités de revenu y sont relativement faibles lorsqu’on les compare à celles observées dans d’autres villes latino-américaines. Les chercheurs espèrent mieux comprendre ce phénomène en examinant le rôle que jouent les institutions en ce qui a trait à la pauvreté, aux inégalités et à la violence.

Le défi

En 1998, il se commettait en moyenne 19 homicides par tranche de 100 000 habitants au Venezuela. En 2011, ce chiffre avait plus que triplé et atteignait 67. Caracas est l’une des villes les plus violentes au monde; il s’y produit 122 homicides par tranche de 100 000 habitants. Selon les experts en violence urbaine, il existe un lien entre les inégalités sociales et de revenu et la violence, mais cette théorie ne tient pas au Venezuela. En fait, si le taux d’homicides a triplé au cours des douze dernières années, les inégalités, elles, ont considérablement reculé pendant ce temps. Le présent projet testera l’hypothèse voulant que les institutions jouent un rôle médiateur important entre la pauvreté, les inégalités et la violence. Les chercheurs examineront en quoi les institutions provoquent, perpétuent et (ou) réduisent ces facteurs dans des villes du Venezuela. L’objectif : mieux comprendre ces liens afin de contribuer à la conception et à l’élaboration de stratégies visant à rendre les villes plus sûres.

La recherche

Le projet vise à

  • déterminer les liens qui existent entre la pauvreté, les inégalités, la ségrégation, le capital social, la cohésion sociale, la primauté du droit, la culture citoyenne et la violence à Caracas et dans d’autres villes du Venezuela;
  • établir la relation entre le capital social, la cohésion sociale, la primauté du droit et la culture citoyenne et expliquer en quoi ces facteurs contribuent à nourrir une culture qui les institutionnalise;
  • permettre de mieux comprendre comment la pauvreté, les inégalités, la ségrégation urbaine et les façons de faire des institutions ont une incidence sur la violence à Caracas et dans d’autres villes du Venezuela;
  • examiner le rôle médiateur que jouent les institutions entre la pauvreté, les inégalités, la ségrégation et la violence à Caracas et dans d’autres villes du Venezuela;
  • formuler des recommandations en vue d’accroître l’efficacité des politiques institutionnelles destinées à réduire la pauvreté, les inégalités et la violence urbaine et à rendre les villes plus sûres et plus inclusives.

Incidences escomptées

Le projet de recherche devrait enrichir les connaissances au sujet du rôle médiateur que jouent les institutions entre la pauvreté, les inégalités et la ségrégation dans les contextes urbains et au sujet de leur rôle dans la réduction de la violence. Des stratégies de réduction de la violence au Venezuela plus efficaces découleront des recommandations en matière de politiques qui seront formulées à partir des constatations qui émaneront de la recherche.

Le projet donnera lieu aux extrants suivants :

  • des articles publiés dans des revues à comité de lecture;
  • des résultats de recherche validés et examinés de concert avec les autorités nationales et régionales ainsi qu’avec des experts d’autres milieux urbains d’Amérique latine; 
  • des recommandations en matière de politiques présentées aux autorités locales et régionales et débattues avec elles.

Projet nᵒ

107370

État du projet

Actif

Date de début

Monday, April 1, 2013

Date butoir

Monday, February 29, 2016

Durée

35 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Markus Gottsbacher

Financement total

CAD$ 579,400

Pays

Amérique latine, Venezuela

Chargé(e) de projet

Roberto Briceño-León

Institution

LACSO

Pays d' institution

Venezuela

Site internet

http://www.lacso.org.ve