​Des haricots précuits pour améliorer l’alimentation, les éléments nutritifs et les revenus au Kenya et en Ouganda

Des chercheurs du Kenya et de l’Ouganda collaboreront avec le secteur privé pour mettre au point des produits à base de haricots précuits et une chaîne de valeur, dans le but d’accroître la consommation de haricots, d’améliorer les régimes alimentaires, de réduire le temps consacré à la cuisine et de créer un marché plus lucratif pour les producteurs de haricots.

Le défi

Les haricots secs non transformés, une culture de subsistance traditionnelle en Afrique de l’Est, sont un aliment populaire et nutritif, quoique long à cuire. Les haricots sont aussi une importante source de protéines pour les ménages à faible revenu. Au cours des dernières années, l’expansion rapide des populations urbaines, la hausse des revenus et les coûts élevés de l’énergie ont fait grimper la demande d’aliments transformés à cuisson rapide. On offre parfois des haricots en conserve ou congelées, mais seule une minorité de consommateurs fortunés ont les moyens d’en acheter. Il devient donc de plus en plus important de mettre au point des produits abordables à base de haricots.

Les expériences réalisées précédemment au Rwanda ont montré que la création d’une industrie viable des haricots précuits exige une production fiable des variétés de haricots appropriées, des mécanismes de commercialisation efficaces et des produits alimentaires concurrentiels acceptables pour les consommateurs.

La recherche

Le projet procédera tout d’abord à une présélection des variétés de haricots qui se prêtent à une précuisson. Les semenciers et les producteurs communautaires de semences veilleront à ce qu’on dispose de suffisamment de graines des bonnes variétés et qu’on en fasse la promotion auprès des agriculteurs, qui recevront une formation à la gestion dans les champs et après les récoltes. L’équipe de recherche mettra à l’essai divers modèles d’approvisionnement — y compris la collaboration avec des groupes d’agriculteurs et la culture sous contrat — pour déterminer leur capacité de fournir les volumes nécessaires et de profiter aux femmes qui possèdent de petites exploitations. La recherche fera intervenir des fédérations d’agriculteurs des deux pays et Smart Logistics, une société privée kenyane appartenant à des femmes.

Deux partenaires du projet appartenant au secteur privé — Lasting Solutions, Uganda, et Fresh Del Monte, Kenya — mettent au point des prototypes de produits et d’emballages à des fins d’études de marché. Des études de consommation permettront de déterminer la taille et le prix des emballages et d’évaluer la demande potentielle. La recherche analysera les implications sexospécifiques de la nouvelle technologie pour veiller à ce que les hommes, les femmes et les jeunes soient pleinement intégrés au développement de la chaîne de valeur des haricots précuits. Le travail contribuera aussi à l’établissement de normes relatives aux haricots précuits.

Incidences attendues

  • disponibilité accrue de variétés de haricots à haute teneur nutritionnelle (protéines, fer et zinc) qui se prêtent à la précuisson et produites par 7 500 petits exploitants;
  • production accrue de haricots à l’échelon des ménages, appuyée par un accroissement de la demande du marché;
  • création d’emplois dans les nouvelles agroentreprises à diverses étapes de la chaîne de valeur (production, classement, gonflement, emballage, transport et commercialisation) particulièrement pour les femmes et les jeunes;
  • hausse du revenu des ménages tiré de la vente de haricots;
  • plus grande consommation de haricots par les ménages en milieux rural, urbain et périurbain;
  • diminution de la quantité de bois utilisée pour la cuisson des haricots et du temps consacré par les femmes à la collecte de bois;
  • autonomisation de divers groupes sociaux (femmes, hommes et jeunes) engagés dans la valorisation des haricots.

Partenaires de mise en oeuvre

National Agriculture Research Organization, Ouganda

Communiquer avec Michael Ugen à michaelugen@yahoo.com 

Kenya Agricultural and Livestock Research Institute, Kenya 

Communiquer avec David Karanja à karanjadr@yahoo.com 

Autres partenaires

Community Enterprises Development Organisation, Ouganda; Lasting Solutions, Ouganda; Smart Logistics, Kenya; International Centre for Tropical Agriculture; Fresh Del Monte, Kenya. 

Projet nᵒ

107842

État du projet

Actif

Date de début

Wednesday, October 1, 2014

Date butoir

Friday, March 31, 2017

Durée

30 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Njuki Jemimah

Financement total

CAD$ 2,646,200

Pays

Kenya, Ouganda

Chargé(e) de projet

Michael Ugen Adrogu

Institution

National Agricultural Research Organization

Site internet

http://www.naro.go.ug/

Chargé(e) de projet

David Karanja

Institution

Kenya Agricultural & Livestock Research Organization

Site internet

http://www.kari.org