Créer des entreprises de pêche et d’aquaculture fructueuses en Amazonie bolivienne

Exploiter le potentiel commercial du poisson

L’augmentation de l’approvisionnement et de la consommation de poissons d’élevage et sauvages (des secteurs sous-exploités en Bolivie) sont une priorité pour le gouvernement bolivien. Cependant, il faut pour cela des entreprises de pêche et d’aquaculture viables, rentables et équitables. 

Selon les chercheurs, le succès de cette approche repose sur l’accès des entreprises familiales à de l’assistance technique (pour de meilleures pratiques d’hygiène et de manutention, par exemple), des services financiers et des cadres juridiques d’accompagnement. 

Cette approche produit des résultats et donne naissance à de nouvelles petites entreprises. Dans un village, une usine pilote de transformation du poisson vend désormais des filets de grande qualité et des produits artisanaux fabriqués à partir de la peau et des écailles du poisson. Des femmes se sont également regroupées pour concevoir des recettes permettant d’utiliser la tête, la chair abdominale et les arêtes, des parties très nutritives généralement éliminées dans la transformation du poisson.

Une approche entrepreneuriale essentielle à la viabilité 

Ce projet construit sur cette approche éprouvée de marché en ayant recours à l’expertise des services financiers pour faire croître les exploitations de pêche et d’aquaculture. Les entrepreneurs, principalement des femmes, pourront être formés en planification, gestion et marketing d’affaires, et avoir accès à des produits financiers adaptés. 

Les décideurs et législateurs pourront également se servir des données probantes issues de cette initiative afin de concevoir et mettre à l’essai un nouveau plan gouvernemental de renforcement de la pêche en Bolivie et dans les pays avoisinants (Brésil, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela).

Les résultats attendus

  • Doubler la production aquacole (90 % pacu, 10 % autres espèces) jusqu’à 1 600 tonnes/an.
  • Doubler la production de la pêche de paiche (jusqu’à 600 tonnes/an). Le paiche est un « super-poisson » hautement productif, mais sous-exploité en Amazonie.
  • Donner à 10 000 entrepreneurs accès au microcrédit, à la technologie et à la formation. 
  • Augmenter les revenus de 2 200 familles.
  • Augmenter la consommation annuelle de poisson par habitant de 20 % dans au moins 5 municipalités.
  • Fournir à près de 400 000 consommateurs de nouvelles sources de poisson de grande qualité.
  • Favoriser l’émergence d’au moins 50 nouveaux dirigeants du secteur privé et entrepreneurs locaux, en privilégiant les femmes.
  • Influencer un cadre institutionnel juridique et cohérent qui maximise la pêche régionale.

Projet nᵒ

107985

État du projet

Actif

Date de début

Sunday, November 1, 2015

Date butoir

Wednesday, February 28, 2018

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Larrousse Delphine

Financement total

CAD$ 4,998,617

Pays

Amérique latine

Chargé(e) de projet

Julio Alem Rojo

Institution

Centro de Investigación y Desarrollo Regional

Site internet

http://www.cidre.org.bo

Chargé(e) de projet

Mark Flaherty

Institution

University of Victoria

Chargé(e) de projet

Joachim Carolsfeld

Institution

World Fisheries Trust

Site internet

http://www.worldfish.org

Chargé(e) de projet

Paul A. Van Damme

Institution

Asociación Faunagua (AFA)

Site internet

http://www.faunagua.org

Chargé(e) de projet

Luis Enrique Badani Fernandez

Institution

Ingeniería Marketing Gestión Consulting S.R.L. or I.M.G. Consulting S.R.L.

Site internet

http://www.img.com.bo

Chargé(e) de projet

Widen Abastoflor Sauma

Institution

Centro de Promoción Agropecuaria Campesina

Site internet

http://www.cepac.org.bo