Contrer l’exclusion pour des villes plus inclusives au Zimbabwe

Axe de recherche

Le présent projet de recherche a pour objet de permettre de mieux saisir les causes de la violence urbaine et des inégalités et leurs répercussions sur les Zimbabwéennes. Il examinera la manière dont les lois et les politiques en vigueur sont appliquées dans la réalité et l’incidence que les causes historiques de l’exclusion ont peut-être encore de nos jours sur les politiques.

Le défi 

La pauvreté demeure élevée au Zimbabwe depuis l’indépendance. Une migration urbaine accrue a créé des banlieues à forte densité qui croulent sur le poids des bidonvilles, du chômage aigu et de services inadéquats. Les villes, et en particulier les townships, où vit la majeure partie de la population, sont en proie à trois formes violence : la violence interpersonnelle, la violence perpétrée par l’État et la violence familiale. Les femmes sont victimes de chacune de ces formes de violence de manière disproportionnée.

En effet, les femmes sont la cible de crimes à la sauvette et d’actes de violence sexuelle dans les rues, ce qui brime leur liberté de mouvement et restreint leur capacité de se déplacer pour se rendre au travail. Elles doivent subir un harcèlement, des actes de violence et des arrestations arbitraires de la part de policiers qui prétendent lutter contre la prostitution ou les vendeurs de rue sans permis. Or, elles ne peuvent se tourner vers les institutions publiques; qui plus est, il se peut même ces dernières contribuent à perpétuer une culture dans laquelle les auteurs d’actes de violence conjugale jouissent de l’impunité.

La recherche

Le projet évaluera en quoi les lois, politiques et pratiques actuelles ne parviennent pas à prendre en compte la violence, la pauvreté et les inégalités auxquelles sont confrontées les citadines au Zimbabwe, voire les aggravent. Les travaux de recherche seront réalisés dans les villes de Harare, Bulawayo et Kadoma. Ils viseront en particulier les townships, où un aménagement urbain et une structure de prestation de services datant de l’ère coloniale ou du lendemain de l’indépendance contribuent à perpétuer l’exclusion, la pauvreté et les inégalités.

Les chercheurs examineront la manière dont les lois et les politiques qui ont trait au logement, aux établissements spontanés (bidonvilles), à la prestation des services de base et aux infrastructures ont été appliquées dans la réalité et l’effet qu’elles ont eu sur la sécurité des femmes pauvres. Ils se pencheront également sur les institutions de l’appareil judiciaire et sur celles du secteur de la sécurité, par exemple les tribunaux et les corps policiers.

Le projet vise à

  • formuler des recommandations au sujet des effets qu’ont sur les femmes les mesures gouvernementales prises en réaction à la pauvreté, à la violence, aux inégalités et à l’exclusion en milieu urbain;
  • sensibiliser les collectivités aux dimensions sexospécifiques de l’exclusion et de la violence en milieu urbain afin de favoriser la participation de la population aux efforts de réforme;
  • contribuer à l’élaboration de lois et de politiques justes et inclusives à l’égard des femmes en interagissant avec les responsables des politiques et les médias et en participant aux dialogues et aux débats publics.

Incidences escomptées

Le projet a pour objet de contribuer à l’avènement de lois, de politiques et de pratiques qui tiennent davantage compte des femmes. On cherchera à sensibiliser les collectivités aux dimensions sexospécifiques de l’exclusion et de la violence en milieu urbain au moyen d’activités comme des conférences publiques et une pièce de théâtre. La production de documents d’information et d’un documentaire est également prévue. Ces activités devraient favoriser la participation de la collectivité aux efforts de réforme et à la recherche de solutions. La production de connaissances figurant au nombre des objectifs, des articles scientifiques seront rédigés et soumis à des revues savantes à comité de lecture.

Projet nᵒ

107367

État du projet

Terminé

Date de début

Monday, April 1, 2013

Date butoir

Friday, April 1, 2016

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Di Giovanni, Adrian

Financement total

CAD$ 500,000

Pays

Zimbabwe

Chargé(e) de projet

Matt Stenson

Institution

OXFAM-Canada

Pays d' institution

Canada

Site internet

http://www.oxfam.ca