Conception de programmes de préservation communautaires en Afrique de l’Est

On a montré que les espèces sauvages sont davantage menacées par l’homme lorsque les collectivités voisines des aires protégées n’ont pas le sentiment d’être parties prenantes des efforts de préservation et ne bénéficient pas des avantages économiques qui en découlent. Il faut s’atteler à une nouvelle tâche, celle d’associer les efforts de préservation de la biodiversité à des stratégies visant à créer des moyens de subsistance, que ce soit par la reconnaissance des droits des populations locales sur les ressources, par la diversification des moyens de subsistance ou par le soutien à une nouvelle économie verte.

La recherche

Le présent projet vise à préserver la riche biodiversité de l’Afrique de l’Est en renforçant les moyens de subsistance des populations locales, par l’amélioration des droits d’accès aux ressources naturelles, la diversification des revenus et le développement d’une économie verte, de l’écotourisme notamment. Les chercheurs établissent les caractéristiques les plus efficaces des programmes de préservation communautaires en étudiant les effets, sur les moyens de subsistance et les attitudes des populations locales, de même que sur les pratiques relatives aux ressources naturelles, d’un éventail d’expériences en matière de préservation.

L’équipe se penche sur le rôle des collectivités locales à titre de partenaires contribuant à la préservation des aires protégées ou ayant conclu des accords de collaboration dans le secteur des ressources naturelles et de la gestion de la conservation. Les constatations qui émaneront du projet porteront sur des questions cruciales touchant aux politiques publiques relatives aux droits et aux responsabilités des collectivités, à l’échelon local, national et international, en matière de gestion concertée des ressources naturelles.

Le projet intitulé Mobilisation au service de la préservation est un partenariat formé de l’African Conservation Centre (ACC) et de l’Université McGill. Les chercheurs des deux établissements se penchent sur les parcours, les milieux humides et les forêts du Kenya, de la Tanzanie et de l’Ouganda, car c’est dans cette région que l’on trouve la plus grande concentration de biodiversité et d’espèces sauvages en Afrique.

Les résultats attendus

  • Enrichissement des connaissances : compréhension de l’influence qu’exercent tant les règles et les organismes officiels que les organismes non officiels sur l’efficacité des programmes de préservation axés sur les collectivités locales; étude des réseaux d’organismes oeuvrant dans le secteur de la préservation et suivi de leurs travaux; conception de modèles de préservation et de croissance verte qui reposent sur une structure organisationnelle, des droits de propriété et des mesures incitatives efficaces.
  • Façonnement des politiques et éclairage des pratiques : conception de modèles de préservation et de croissance verte qui définissent des structures organisationnelles, des systèmes de propriété, des moyens de subsistance et des mesures incitatives; à partir de ces modèles et d’études de cas, apport d’un éclairage en vue de l’élaboration de pratiques de préservation communautaires et de politiques habilitantes à l’échelon national et international; exercice d’une influence sur les attitudes et les comportements relatifs à la préservation par le truchement d’innovations institutionnelles; amélioration des pratiques de préservation utilisées dans la gestion concertée des ressources naturelles, à l’échelon local comme à l’échelon national, grâce à des travaux de recherche et d’évaluation menés avec des partenaires.
  • Formation d’une nouvelle génération de chercheurs et de chefs de file : soutien apporté à des étudiants des cycles supérieurs de la région qui souhaitent effectuer des recherches en collaboration avec des étudiants canadiens et européens de même niveau; exécution de stages de perfectionnement professionnel au sein des organismes partenaires par des étudiants de premier cycle; formation professionnelle des principaux organismes partenaires en gestion et analyse de données en ligne; participation des membres des collectivités et des organismes partenaires au processus de recherche et encouragement de la « science citoyenne ».
  • Établissement de partenariats de recherche novateurs : établissement d’un partenariat international et multisectoriel qui se consacre à la recherche, au rayonnement dans la sphère des politiques et à la mise en commun des connaissances.

Projet nᵒ

107778

État du projet

Actif

Date de début

Friday, August 1, 2014

Date butoir

Saturday, July 31, 2021

Durée

84 mois

Agent(e) responsable du CRDI

David O'Brien

Financement total

CAD$ 2,600,000

Pays

Afrique de l'Est

Coresponsable de projet

David Western

Institution

African Conservation Centre

Pays d' institution

Kenya

Coresponsable de projet

John Galaty

Institution

McGill University

Pays d' institution

Canada