Comprendre le rôle de l’interféron de type 1 dans la résistance à l’immunothérapie du cancer

La chimiothérapie est la principale forme de traitement du cancer, mais elle ne peut pas guérir la plupart des types de cancers. L’immunothérapie constitue une autre forme de traitement qui vise à stimuler les cellules du système immunitaire (lymphocytes T) afin de tuer les cellules cancéreuses. Malheureusement, les cancers peuvent devenir résistants aux lymphocytes T de la même façon qu’ils ont développés une résistance à la chimiothérapie. Cette résistance est partiellement causée par une protéine sanguine appelé « interferon ».

Ce projet vise à améliorer l’efficacité de l’immunothérapie anticancéreuse. En s’appuyant sur des études précédentes, l’équipe de recherche examinera l’utilisation des inhibiteurs d’interferon afin de traiter les cellules cancéreuses chez les patients atteints de la leucémie. On s’attend à ce que cette approche utilisant l’immunothérapie augmente les taux de guérison de la leucémie et bon nombre d’autres formes de cancer. De plus, les résultats de cette étude peuvent ouvrir la voie à l’élaboration de nouveaux médicaments anticancéreux novateurs en s’appuyant sur l’inhibition de l’interféron.

Ce projet est dirigé au Canada par le Sunnybrook Research Institute de l’Université de Toronto, en collaboration avec le Weizmann Institute of Science (Israël) et l’Université de Jilin (Chine).

Il a été retenu aux fins de financement au cours du troisième concours de recherche du Programme conjoint canado-israélien de recherche en santé, un partenariat entre le CRDI, les Instituts de recherche en santé du Canada, l’Israel Science Foundation et l’Azrieli Foundation.

Projet nᵒ

108594

État du projet

Actif

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Fabiano Santos

Financement total

CAD$ 670,000