Comparaison des effets du microcrédit, de la téléphonie mobile et de la formation sur les microentreprises appartenant à des femmes en Inde

Par leur nombre, les microentreprises dominent le monde des affaires dans les pays en développement. En Inde, d'après des statistiques récentes de la National Sample Survey Organization (2012), il y aurait environ 1,5 milliard de microentreprises; beaucoup appartiennent à des femmes et sont établies à domicile.

Les constatations tirées d'études financées par le CRDI, sur les femmes propriétaires de microentreprises à Mumbai et à Chennai, indiquent l'existence d'une corrélation entre la croissance économique et l'adoption des téléphones mobiles. Lorsqu'elles ont accès à la téléphonie mobile, beaucoup de microentreprises appartenant à des femmes accroissent leurs recettes et engagent du personnel supplémentaire. Les constatations permettent aussi de penser que les microentrepreneures qui ont du succès jouissent d'un degré plus élevé d'autonomie et de respect social, et d'un plus grand pouvoir au sein de leur famille.

Néanmoins, on ne sait trop quelle serait la meilleure façon d'utiliser les téléphones mobiles avec d'autres outils dont disposent communément les entrepreneurs, comme le microcrédit et la formation. Le présent projet évaluera les effets de trois interventions courantes (touchant le microcrédit, la formation en entrepreneuriat et la téléphonie mobile) sur la croissance économique des microentreprises et sur le développement social des femmes qui en sont propriétaires.

L'étude vise à déterminer dans quelle mesure ces interventions sont efficaces, soit individuellement ou en combinaison, pour accroître la participation des microentrepreneures aux économies en développement. Les chercheurs effectueront des travaux sur le terrain à Coimbatore, en Inde. Au total, 320 femmes propriétaires de microentreprises seront réparties entre trois groupes expérimentaux et un groupe témoin. Les chercheurs recueilleront, auprès de tous les groupes, des données prétest sur les participantes et leurs microentreprises.

Trois principaux incitatifs seront mis à l'essai sur une période de deux ans : des téléphones à fonction communication de données, une formation commerciale et le microcrédit. Les chercheurs réuniront des données additionnelles un an après l'application des premiers incitatifs, puis des données post-test un an après la seconde série. En vue de produire des descriptions détaillées de la manière dont la dynamique des ménages influe sur les perceptions et sur les comportements des microentreprises appartenant à des femmes, l'équipe de recherche mènera des entrevues qualitatives auprès de trois membres importants du ménage (par exemple le mari ou la belle-mère) de 20 à 30 microentrepreneures.

On se propose d'expliquer quatre nouvelles notions (aspiration à la croissance, attitudes à l'égard du risque, autonomisation perçue et fait de compter ou sentiment d'avoir de l'importance dans la dynamique familiale) et de déterminer leur intérêt pour les études du développement. L'équipe de recherche choisira les participantes et assurera leur formation en partenariat avec une ONG locale, des organismes de développement et des établissements de formation publics. Les constatations aideront les responsables des politiques et les praticiens à établir l'ordre de priorité des politiques et des interventions à venir.

Projet nᵒ

107385

État du projet

Actif

Date de début

Friday, May 3, 2013

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Sayo, Phet

Financement total

CAD$ 217,600

Pays

Inde

Chargé(e) de projet

P. Vigneswara Ilavarasan, PhD

Institution

Indian Institute of Technology Delhi

Site internet

http://www.iitd.ac.in